Informations

Un processus biologique pourrait-il construire organiquement des « organes » métalliques solides ?

Un processus biologique pourrait-il construire organiquement des « organes » métalliques solides ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'ingéniosité humaine a fait un grand usage des outils métalliques. Mais existe-t-il des processus biologiques connus ou potentiels qui pourraient produire des objets métalliques solides de grande taille, comme la façon dont, par exemple, les squelettes et les coquillages sont cultivés ? La fabrication de métaux solides nécessite-t-elle des températures de point de fusion au-delà de ce que les processus biologiques peuvent survivre, ou pourrait-elle être cultivée par des protéines plus ou moins atome par atome ?


C'est une excellente question. J'étais un peu perplexe au début car, sans m'en rendre compte, vous avez en fait cité un parfait exemple de processus biologique qui manipule le métal : la formation osseuse.

L'os est fait de cristal d'hydroxyapatite, qui est un minéral dont l'ingrédient principal est, bien sûr, le calcium (métal).

Maintenant, pour répondre au comment de votre question ; l'os est formé, comme vous l'avez évoqué, par l'interaction protéine à protéine médiée par des cellules appelées ostéoblastes (ostéo- = os, -blast = cellule immature). L'ostéoblaste localise d'abord un site de l'os à dilater, puis s'enferme dans une armature de fibres de collagène. Lorsque cela est fait, le phosphate et l'hydroxyde de calcium se lient au collagène et « durcissent » sous forme d'hydroxyapatite (Ca10(PO4)6(OH)2). L'ostéoblaste, maintenant enfermé dans une enveloppe d'hydroxyapatite (appelée lacune), se transforme en ostéocyte (-cyte = cellule mature) et projette de longues structures en forme de bras appelées filopodes qu'il utilise comme capteurs et pour communiquer avec les ostéocytes environnants. Tout cela s'additionne pour ressembler énormément à ceci (en ce qui concerne le fait qu'ils sont généralement entièrement fermés, mais cela donnerait une image assez insipide):

Enfin, pour apaiser les inquiétudes de Filipe Rocha, comment cette structure métallique entièrement organique et (presque) solide est-elle adaptée et « défaite », en cas de besoin ? Eh bien, il existe un troisième type de cellule osseuse appelée ostéoclaste (-clast = casser). Les ostéoclastes décomposent les os en sécrétant des ions hydrogène pour dissoudre le calcium dans l'hydroxyapatite, puis la cathepsine et d'autres protéases pour digérer le réseau de collagène.

Alors voilà; un système entièrement biologique avec la capacité non seulement de créer une structure métallique solide et non toxique, mais aussi de la maintenir et même de la manipuler et de la "défaire". Même si l'os n'est pas un organe, je suis sûr que ce système pourrait être modifié pour un tel outil si nous y réfléchissons… :)

Edit: Si le calcium n'est pas assez "métallique" pour vous, vous voudrez peut-être vérifier les dents de patelle, qui sont composées de goethite, d'oxyde de fer-hydroxyde (FeO (OH)). Je peux approfondir les processus biologiques nécessaires à la production de ce minéral si vous le souhaitez ; il suffit de demander. :)


Voir la vidéo: Bernard Charpentier - Processus et règles de répartition des organes organisée (Février 2023).