Informations

Nos oreilles ou notre cerveau s'adaptent-ils progressivement aux nuisances sonores ?

Nos oreilles ou notre cerveau s'adaptent-ils progressivement aux nuisances sonores ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Ayant vécu dans divers endroits du monde entier au cours des 9 dernières années de ma vie, une chose m'a marqué tout au long de cette période, et maintenant en particulier. D'un endroit calme à la campagne en Suède, j'ai déménagé à Manchester pour mes études. Quand je suis arrivé là-bas, j'ai senti que la ville était très bruyante, un sentiment qui s'est progressivement réduit au fur et à mesure que je m'habituais aux niveaux de bruit là-bas. De Manchester, j'ai déménagé à Saitama au Japon, une ville énorme juste à côté de Tokyo avec une quantité considérable de bruit pendant la journée et des bâtiments peu ou pas insonorisés. À l'exception des bruits particulièrement forts, je me suis à nouveau adapté aux niveaux sonores du pays, ce qui, à l'époque, me semblait n'être qu'une réponse naturelle en termes d'attention que nous portons au bruit. Si je suis distrait par le travail ou d'autres activités, j'ai peu de raisons de m'attarder sur les bruits des voitures et des gens qui parlent.

La chose que je ne pouvais pas expliquer uniquement par l'argument "faire attention", c'est quand je suis retourné aux Pays-Bas, dans un appartement avec une excellente isolation phonique. Mon appartement est situé en face d'une route un peu plus grande et les voitures passent presque régulièrement. Cependant, lorsque j'ai emménagé, je pouvais à peine entendre ces voitures passer, ce qui m'a semblé assez agréable. Je pensais qu'un peu de musique d'ambiance tuerait complètement le bruit de ces véhicules qui passent.

Maintenant, sautez un mois en avant, et j'entends les voitures presque comme si j'étais à côté d'elles, une exagération bien sûr, mais le son est beaucoup plus clair qu'il ne l'était lorsque j'ai emménagé. Je sais que rien n'a changé en termes d'isolation et je sais qu'aucune fenêtre n'est ouverte. Étrangement, la seule chose qui semble avoir changé est la clarté avec laquelle je perçois ce bruit, car aucune des autres personnes à qui j'ai demandé ne semble partager la même opinion (c'est-à-dire que le bruit est devenu plus fort). Cela m'a fait me demander : notre audition s'adapte-t-elle à la pollution sonore, et si oui, comment cela fonctionne-t-il ?


C'est un cas fascinant d'adaptation sensorielle et d'adaptation neuronale. Un autre exemple serait lorsque vous arrêtez de sentir quelque chose après y avoir été exposé pendant de longues périodes (comme vous le savez probablement, cette "longue période" ne dure que quelques minutes). Une excellente représentation de ce qui se passe avec les nerfs de la peau a été faite par Georg Meissner :

Cette image provient de https://www.boundless.com/psychology/textbooks/boundless-psychology-textbook/sensation-and-perception-5/sensation-37/sensory-adaptation-160-12695/

Lorsqu'un stimulus est appliqué, ces nerfs commencent à envoyer rapidement des messages au cerveau pendant la période d'alarme. Le taux de ces signaux commence lentement à diminuer au fil du temps pendant la période de résistance jusqu'à ce qu'ils atteignent enfin l'épuisement et s'arrêtent complètement, bien sûr, pendant la période d'épuisement. Gardez à l'esprit que le temps nécessaire pour que tout cela se produise varie considérablement selon le type de cellule dont il s'agit (évidemment, les cellules olfactives ont un temps d'épuisement beaucoup plus court que, disons, les cellules ciliées (cellules auditives)). Une fois que ces cellules ont eu une chance de récupérer (plus comme se recalibrer en fait), nous pouvons recommencer à entendre/sentir/sentir/goûter.

J'espère que ça aide.


Très rapidement et totalement du haut de ma tête : le bruit de la circulation est dans de nombreux cas dominé par les basses fréquences, avec l'ensemble du spectre quelque peu similaire à une fonction 1/f déformée, avec quelques pics tonaux pour les bruits d'échappement et les sons des pneus/bande de roulement. Ajoutez maintenant la structure dans laquelle vous vivez : « une excellente isolation phonique » dans l'UE est (encore) axée sur les dB(A), ce qui signifie que les architectes et les planificateurs visent un effet « wow » dans la réduction du bruit en éliminant ce qui est facile à éliminer - les fréquences hautes et moyennes, ignorant principalement les fréquences basses (et riches en énergie), qui sont d'ailleurs celles que la pondération A du bruit ignore (historiquement) également. En conséquence, vous vivez essentiellement dans ce qu'on appelle un filtre passe-bas, un filtre qui "dessine" également des pics tonaux (résonances, nœuds de pièce) à partir de ce mélange de bruit basse fréquence. Au début, les mécanismes d'adaptation à court terme de votre cochlée feront bien leur travail et atténueront les signaux qui ne sont pas significatifs (réflexe MOC).

Au fil du temps, cependant, la présence de sons tonaux et continus de faible niveau peut endommager (« user ») un type de capteur spécifique nécessaire au fonctionnement de ce réflexe. En conséquence, même un bruit LFN inaudible peut, au fil du temps, conduire à un effet de sensibilisation distale. Dans de nombreux cas, le coupable n'est en fait pas le bruit de la circulation lui-même, mais les installations CVC telles que les pompes à chaleur, les climatiseurs et les turbines à gaz. L'effet « Je peux trop entendre » (être conscient des bruits) à la suite d'une exposition au LFN sous le seuil est connu dans la littérature médicale comme un symptôme du stade I/II de la VAD et en fait assez courant dans la population urbaine . Certains médicaments (gentamycine, cis-platines) ainsi que des solvants organiques (acétone) et certains désinfectants peuvent accélérer ce processus, qui est irréversible et constitue un facteur de risque de surdité atypique (début précoce) par la suite… Le " J'entends trop" a été un indicateur assez solide de la pollution sonore IS/LFN à long terme et de faible niveau.

Par mesure de sécurité et pour écarter un problème de LFN sous le seuil, vous devriez consulter un médecin. Sources:

Bakay, W.M.H., Anderson, L.A., Garcia-Lazaro, J.A., McAlpine, D. et Schaette, R., 2018. La perte auditive cachée altère sélectivement l'adaptation neuronale aux environnements sonores forts. Communications sur la nature, 9(1), p.4298.

Branco, N., 2005. Stades cliniques de la maladie vibroacoustique (VAD) pour la recherche continue des professionnels de la santé. Tapis. 12e int. sym. Lisbonne, p.145.

Burt, T., 1996. Sick building syndrome : aspects acoustiques. Environnement intérieur et bâti, 5(1), pp.44-59.

Ebner, F., Eulitz, C. et Möhler, U., Approches pour une détermination et une évaluation complètes des effets des infrasons en Allemagne. Document de conférence DAGA 2013.

Findeis, H. et Peters, E., 2004. Effets perturbateurs des immissions sonores à basse fréquence et des vibrations dans les bâtiments résidentiels. Bruit et santé, 6(23), p.29.

Kugler, K., Wiegrebe, L., Grothe, B., Kössl, M., Gürkov, R., Krause, E. et Drexl, M., 2014. Le son à basse fréquence affecte la micromécanique active dans l'oreille interne humaine. Science ouverte de la Royal Society, 1(2), p.140166.

Paulin J, Andersson L, Nordin S. Caractéristiques de l'hyperacousie dans la population générale. Bruit Santé 2016;18:178-84

Waye, K.P., Clow, A., Edwards, S., Hucklebridge, F. et Rylander, R., 2003. Effets du bruit nocturne à basse fréquence sur la réponse du cortisol à l'éveil et la qualité subjective du sommeil. Sciences de la vie, 72(8), pp.863-875.


Ce que vous devez savoir sur la façon dont la pollution sonore vous affecte

21 juin 2020 //-Beaucoup d'entre nous connaissent les trois principaux types de pollution : l'air, l'eau et la terre. Mais l'urbanisation rapide des dernières décennies a changé notre monde. Nous devons maintenant composer avec d'autres facteurs environnementaux.

Le monde, par exemple, est beaucoup plus bruyant maintenant. Fini les nuits de silence presque absolu, où vous vous réveillez au son de ce coq trop enthousiaste. Au lieu de cela, il est plus probable que le bruit à l'extérieur de votre maison ne s'est jamais vraiment arrêté.

Qu'est-ce qui est sûr ?

Le bruit fait référence à tous les sons indésirables ou désagréables. L'intensité du son (ou du bruit) est mesurée en décibels logarithmiques (dB). Le terme «logarithmique» signifie simplement que les nombres sur l'échelle ne sont pas à la même distance les uns des autres. L'échelle de décibels s'adresse à l'audibilité humaine.

  • Un silence quasi total équivaut à 0 dB
  • Un son 10 fois plus puissant que ça fait 10 dB
  • Un son 100 fois plus puissant que le silence quasi total est de 20 dB (pas 100 dB !)
  • Un son 1000 fois plus puissant que le silence quasi total est de 30 dB
  • … etc…

Plus le niveau de décibels est élevé, plus le bruit est fort et plus votre audition est endommagée !

La limite de sécurité recommandée par les experts de l'Agence américaine de protection de l'environnement est de 70 dB. En dessous de ce niveau, même une exposition prolongée est peu susceptible de provoquer une perte auditive.

Mais, beaucoup d'entre nous sont exposés à des intensités beaucoup plus importantes au quotidien. Tout niveau égal ou supérieur à 85 dB est susceptible de causer des dommages au fil du temps. Plus le son est fort, plus le temps nécessaire pour causer des dommages est court.

Effets sur la santé

Problèmes d'audition

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'exposition à un bruit excessif est la 2e cause majeure de perte auditive à l'âge adulte. Ceci est largement évitable. Un bruit excessif peut surstimuler et endommager les cellules sensorielles de l'oreille interne.

La perte auditive peut survenir progressivement ou soudainement, selon la durée et l'intensité du bruit. Les victimes remarquent souvent d'abord qu'elles ont des difficultés à comprendre la parole dans des situations bruyantes. Ces difficultés peuvent être pires en cas de bruit fluctuant. Au fil du temps, les difficultés d'interaction avec les autres peuvent conduire à l'isolement social.

De plus, la perte auditive due à l'exposition au bruit peut vous prédisposer aux acouphènes. L'acouphène fait référence à l'expérience de détecter un son alors qu'il est en fait absent. Cela se produit lorsque le système nerveux central est défectueux et envoie de faux signaux au cerveau. Pourquoi ça fait ça?

Lorsqu'il y a un stimulus (comme un son), la cellule sensorielle la plus proche qui l'éprouve est excitée. Cette cellule sensorielle excitée envoie des signaux à la cellule nerveuse juste à côté, qui « transmet le message » de plus en plus près du cerveau. Considérez maintenant cette signalisation comme une longue chaîne de personnes se tenant la main.

La première personne réagit au stimulus et serre la main de la personne suivante pour faire passer le message. Finalement, le message est reçu par la dernière personne (le cerveau).

La compression s'arrête lorsqu'il n'y a plus de stimulus pour exciter la première personne. Mais, imaginez si la stimulation était excessive. Certaines personnes peuvent être tellement habituées à serrer les mains qu'elles oublient d'arrêter, même lorsque le stimulus est parti depuis longtemps !

Les personnes qui souffrent d'acouphènes décrivent avoir entendu des « sonneries », des « bourdonnements », des « sifflements » et d'autres bruits. Les acouphènes peuvent réduire notre capacité à nous concentrer et à nous détendre. Une séquelle fréquente est le développement de l'anxiété et de la dépression.

L'exposition au bruit à long terme peut également augmenter le risque de sensibilité au bruit. Si elle est grave, cette condition peut être très débilitante dans notre monde bruyant.

Effets cardiovasculaires

Le système cardiovasculaire est également appelé système circulatoire. Il se compose du cœur et d'un système fermé de vaisseaux sanguins. Le cœur est un muscle incroyable qui pompe le sang dans tout le corps, fournit à toutes ses parties des nutriments et aide à éliminer les déchets.

Mais, ce système d'autorégulation n'est pas à l'abri des menaces de notre environnement. Les scientifiques ont trouvé des liens entre l'exposition au bruit et les maladies cardiovasculaires. Ils suggèrent qu'une exposition aiguë au bruit peut

L'exposition chronique au bruit entraîne en outre

  • Des concentrations plus élevées de lipides sanguins
  • Viscosité sanguine plus élevée
  • Des concentrations de glucose dans le sang plus élevées

Ceux-ci peuvent mettre à rude épreuve le système cardiovasculaire, entraînant un risque d'hypertension et d'athérosclérose. Des événements plus graves comme une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral ont tendance à se produire avec ces facteurs de risque.

Résultats de grossesse défavorables

La grossesse est l’un des exploits les plus étonnants de la nature. Cela met également beaucoup de stress sur le corps de la mère, avec toute cette croissance qui se déroule à une vitesse vertigineuse ! Les chercheurs ont examiné près de 270 000 accouchements au Canada.

Leur découverte ? Les femmes exposées à la pollution sonore environnementale avaient un risque plus élevé de prééclampsie. Il s'agit d'une complication de la grossesse qui peut entraîner la mort de la mère et du nourrisson si elle n'est pas traitée.

Les signes comprennent une hypertension et des dommages à un autre système organique (généralement le foie et les reins). Un flux sanguin plus faible vers le placenta peut également entraîner des naissances prématurées et des bébés plus petits. Il est logique de réduire autant de facteurs de risque que possible. Nous devons protéger les mères et leurs bébés pendant cette période de vulnérabilité.

Trouble du sommeil

Pendant le sommeil, notre esprit conscient est rarement pleinement conscient de notre environnement extérieur. Mais cela ne signifie pas que nos corps physiques sont également imperturbables.

Notre corps expérimente, évalue et réagit en permanence aux sons environnementaux (même si nous n'en sommes pas conscients). Les réveils sont relativement rares chez la plupart des gens, car le sommeil est « activement protégé » par notre corps.

La plupart d'entre nous sont capables de s'adapter rapidement aux nouveaux bruits et aux nouveaux environnements de sommeil. Mais, les réactions physiologiques ne s'adaptent pas. Ceci est démontré par des effets tels que des modifications de la fréquence cardiaque et une motilité accrue.

La nature nous a fourni des garanties pour nous assurer de dormir. Mais, le sommeil peut toujours être perturbé si les niveaux de bruit dépassent un certain seuil.

L'OMS a présenté un résumé des effets et des seuils d'effets. Il recommande de maintenir les niveaux sonores à un maximum de 40 dB pour la prévention à long terme des effets sur la santé induits par le bruit pendant le sommeil.

On sait qu'un mauvais sommeil entraîne toute une série d'effets en aval. Les effets réversibles à court terme comprennent la somnolence et les sautes d'humeur. Mais ceux-ci peuvent se transformer en problèmes plus dangereux tels que la dépression et la violence. Et cela ne vous affecte pas seulement. Si le bruit affecte votre maison, vos proches le seront également. Imaginez un groupe d'humains irritables et fonctionnant de manière sous-optimale vivant sous un même toit !

Ce tableau de Lavie, Pillar et Malhotra (2002) résume les autres effets d'un mauvais sommeil.

Troubles cognitifs et d'apprentissage

Les enfants peuvent être particulièrement vulnérables à leur environnement. C'est peut-être parce qu'ils ne peuvent pas bien exprimer l'inconfort. Leur taille relativement petite signifie également qu'ils sont plus fortement exposés aux polluants proportionnellement à leur poids corporel. Ainsi, il existe un vif intérêt pour étudier l'effet de divers polluants sur ce groupe à risque.

Les chercheurs ont examiné près de 3000 écoliers européens qui fréquentent des écoles proches des principaux aéroports. Les inévitables bruits d'avion chroniques altèrent le développement cognitif.

Bon nombre de ces enfants avaient plus de difficulté à acquérir des connaissances et à résoudre des problèmes. La compréhension en lecture, en particulier, était un défi. Une autre étude menée au Royaume-Uni a également révélé que les enfants s'en sortaient moins bien dans des environnements similaires.

Ces enfants avaient une mémoire de reconnaissance, une mémoire de rappel conceptuelle et une mémoire de rappel d'informations plus faibles. Au total, plus de 20 études ont révélé que les endroits avec des niveaux de bruit élevés ne sont pas propices à l'apprentissage.

Problèmes comportementaux

L'hyperactivité fait référence à une activité continue, à l'impulsivité, à des difficultés de concentration, à l'agressivité et à une distraction facile. D'autres comportements hyperactifs typiques incluent l'agitation, l'errance et le fait de trop parler.

Les enfants qui vivent près des aéroports aux Pays-Bas, en Espagne et au Royaume-Uni se sont révélés plus hyperactifs. En Allemagne, l'exposition au bruit du trafic routier chez les enfants de 10 ans a également provoqué une hyperactivité.

En Asie, près de 1 000 élèves du primaire et du secondaire en Corée du Sud ont été évalués. Il a été constaté que le bruit était associé à des problèmes de comportement. Avec une exposition au bruit plus élevée, les parents ont déclaré que leurs enfants affichaient plus :

  1. Comportement agressif
  2. Comportement anxieux/déprimé
  3. Problèmes d'attention
  4. Comportement contraire aux règles
  5. Plaintes somatiques
  6. Problèmes sociaux
  7. Problèmes de pensée
  8. Retrait / dépression

Ces problèmes de comportement chez les enfants ne se terminent pas avec l'enfance ou l'adolescence. Ces enfants ont généralement des compétences sociales, une confiance en soi et des relations avec leurs pairs moins bonnes.

Il pourrait y avoir des implications à long terme pour la réussite scolaire et les opportunités professionnelles à l'âge adulte. Et c'est une raison impérieuse d'étouffer de tels problèmes dans l'œuf !

Il est difficile d'imaginer que le bruit puisse avoir un tel effet sur notre santé, notre bien-être et notre vie. La pollution sonore nous envahit insidieusement. Cela n’aide pas non plus que nous ne puissions pas « voir » le bruit. Mais imaginons un instant que chaque son que vous entendez en ce moment est un déchet. Quelle est la taille de ce tas d'ordures autour de vous ? Il est temps de se mettre au travail pour vider les poubelles !


Bruit et audition humaine

L'oreille interne des humains (et d'autres vertébrés) contient une structure en forme d'escargot appelée cochlée qui est tapissée de milliers de poils microscopiques. Lorsque les vibrations sonores pénètrent dans la cochlée, elles font bouger les minuscules poils d'avant en arrière. Si de fortes vibrations soufflent dans la cochlée, les poils peuvent être aplatis et endommagés. Les dommages entraînent généralement un certain degré de perte auditive.

Le son est mesuré en décibels (dB). Zéro dB représente le son le plus faible qu'un être humain en bonne santé puisse entendre. Cent dB équivaut à un bruit 10 milliards de fois plus intense qu'un dB. Une brève exposition à plus de 110 dB peut endommager les oreilles immédiatement. Une exposition prolongée à plus de 85 dB peut endommager progressivement les oreilles.

Voici des exemples de sons de niveau décibel – que l'on peut rencontrer dans la vie moderne :

  • Bibliothèque silencieuse ou murmure doux — 30 dB,
  • Conversation normale — 50 à 60 dB,
  • Circulation dense ou restaurant bruyant — 70 dB,
  • Métro, trafic urbain dense, réveil à 2 pi (61 cm) ou bruit d'usine — 80 dB,
  • Bruit dans les installations industrielles ou les centres d'appels — 90 dB,
  • Train roulant à 45 mi (28 km) par heure — 93 dB,
  • Scie à chaîne, casque stéréo, boîte de nuit ou perceuse pneumatique — 100 dB,
  • Son le plus fort pouvant être toléré par l'oreille humaine — environ 120 dB,
  • Son lors d'un concert de rock devant des enceintes, sablage ou coup de tonnerre — 120 dB,
  • Coup de feu ou avion à réaction — 140 dB,
  • Course d'accélération automobile — 171 dB, et
  • Son sur une rampe de lancement de fusée — 180 dB.

Comme indiqué, les sons les plus puissants rencontrés par les humains incluent les jets qui décollent, la musique forte et amplifiée, les coups de feu et les tronçonneuses. Une seule exposition à ces sons peut endommager les oreilles humaines.

Les humains endommagent également les oreilles s'ils sont exposés à des bruits moins forts, mais entendus plus souvent. Par exemple, les employés de bureau qui subissent quotidiennement le bruit des téléphones et des machines bruyantes peuvent souffrir d'une perte auditive au fil du temps. Les travailleurs des usines bruyantes souffrent également de perte auditive.

Les gens peuvent même blesser leur audition en jouant. Les bateaux à moteur, les motos et les motoneiges font tous des bruits forts susceptibles de blesser les oreilles. Jouer de la musique forte sur une chaîne stéréo personnelle peut également endommager l'audition. Si quelqu'un à proximité peut entendre la musique que quelqu'un d'autre joue sur sa chaîne stéréo personnelle, alors cette personne cause probablement une pollution sonore pour les autres et une perte auditive pour elle-même.

Le bruit fait plus mal qu'entendre.Lorsque des personnes sont exposées à un bruit intense, les corps réagissent comme s'ils étaient en danger. Les réponses physiologiques au bruit incluent une augmentation du rythme cardiaque, du stress, des problèmes oculaires, des tensions musculaires, des taux de cholestérol et une sécrétion d'hormones élevés, et bien sûr l'hypertension artérielle, même les migraines peuvent être induites par le bruit. Le bruit nuit également à la concentration. Des études ont montré que l'apprentissage et la réussite des enfants peuvent également être affectés par l'exposition au bruit. Un bruit supérieur à 55 décibels peut perturber le sommeil et produire de l'agressivité s'il n'est pas invité et persiste suffisamment longtemps. Bien qu'une telle situation puisse être acceptable pendant une courte période, des millions de personnes dans le monde vivent avec un bruit excessif chaque jour et nuit.

Un niveau de bruit de 75 décibels génère des niveaux élevés de stress chez la plupart des gens. Les acouphènes, ou bourdonnements d'oreille, peuvent survenir à 80 décibels. Les 100 décibels régulièrement rencontrés dans les boîtes de nuit peuvent causer des dommages aux oreilles au bout d'un quart d'heure seulement. Le bruit peut également induire des états mentaux qui mènent au suicide et à l'homicide. En Grande-Bretagne, les militants anti-bruit tiennent un compte du nombre de décès liés à la criminalité qui surviennent chaque année et sont imputables à une réponse au bruit.


La pollution sonore humaine affecte-t-elle nos requins ?

Certains requins sont migrateurs et peuvent potentiellement quitter une zone perturbée, par exemple les grands blancs (Carcharodon carcharias), les tigres (Galeocerdo cuvier) et les requins baleines. Crédit : iStock

Le bruit d'origine humaine, également appelé bruit anthropique, augmente dans de nombreux environnements en raison de l'augmentation des transports et de l'exploration et de l'exploitation des sources d'énergie.

Le nord-ouest de l'Australie, en particulier en tant que zone la plus active du pays en termes d'activités d'exploration pétrolière et gazière et de construction côtière, remplit le littoral de WA d'un bruit de fond supplémentaire.

À l'extrême, le bruit anthropique peut détruire les tissus sensoriels vulnérables, dans l'oreille interne et les systèmes de lignes latérales des poissons.

Cela peut finalement conduire à la mort si les animaux perdent leur capacité à entendre ou à détecter les changements hydrodynamiques.

Le bruit peut également être une source de stress aigu ou chronique, pouvant affecter les fonctions comportementales et sensorielles.

En outre, un son fort peut masquer des sons biologiques importants, essentiels aux organismes marins pour communiquer, trouver des proies et des partenaires et détecter les prédateurs.

Plus de 100 espèces de requins et de raies vivent dans les eaux de l'Australie occidentale, allant du minuscule requin pygmée (Euprotomicrus bispinatus) à l'emblématique requin-baleine (Rhincodon typus), le plus gros poisson du monde.

Les requins, comme les poissons osseux, possèdent une oreille interne et une ligne latérale, qui sont sensibles aux vibrations et aux sons sous-marins.

Requin bambou à bandes brunes. Crédit : Paul Ricketts/UWA

Par rapport aux mammifères marins, les requins ont une portée auditive très étroite mais sont connus pour être particulièrement sensibles aux très basses fréquences.

Cette plage d'audition chevauche la plupart des sons anthropiques produits par les réseaux de canons à air sismiques, le dragage, le battage de pieux et l'expédition.

Certains requins sont migrateurs et peuvent potentiellement quitter une zone perturbée, par exemple les grands blancs (Carcharodon carcharias), les tigres (Galeocerdo cuvier) et les requins baleines.

Cependant, la plupart des espèces, telles que les requins wobbegong (Orectolobidae), le bambou (Hemiscylliidae) et les requins de Port Jackson (Heterodontus portusjacksoni), restent dans un seul endroit ou une seule parcelle de récif ou ne changent d'habitat que lorsqu'elles atteignent une partie critique de leur cycle de vie comme la plupart les requins de récif le font.

La pollution sonore représente une menace particulière pour ces requins sédentaires, car ils ne quitteraient généralement pas la zone lors d'un événement sonore de haute intensité.

Dans un effort pour combler ces lacunes vitales dans les connaissances, le groupe de neuroécologie qui fait partie de l'UWA Oceans Institute et de l'école de biologie animale étudie les effets des sons sur les requins.

Notre première stratégie consiste à évaluer leur sensibilité au son, comme les fréquences et les intensités auxquelles les différentes espèces réagissent, avec des techniques électrophysiologiques en laboratoire.

Évaluation de la sensibilité auditive d'un requin de Port Jackson en laboratoire. Crédit : Paul Ricketts/UWA

Nous nous associerons ensuite à l'industrie pour évaluer et caractériser les différents sons anthropiques qui « ensonifient » nos eaux.

Nous pouvons ensuite évaluer le chevauchement potentiel, en comparant le paysage sonore ambiant avec les capacités auditives des espèces de requins locales et identifier toute menace de sources sonores locales pour les populations de requins locales.

Enfin, et c'est le plus important, le comportement des animaux sauvages et leurs réponses aux différents bruits anthropiques doivent être observés et examinés pour établir les effets à court et à long terme.

C'est un grand défi, car nous examinons les mouvements d'animaux sauvages dans leur habitat naturel et devons observer et quantifier leurs réponses avant, pendant et pendant une période prolongée après l'exposition à des sons particuliers.

Cependant, à ce stade, la réglementation spécifique sur le bruit anthropique en Australie ne couvre que quelques espèces de mammifères marins.

Nous pensons qu'il y a un besoin urgent et une responsabilité de combler un grand manque de connaissances, d'éclairer les pratiques et les politiques de gestion et d'élargir le cadre réglementaire pour inclure les effets de la pollution sonore sur un plus large éventail d'espèces marines, y compris les requins et leurs proches.


Entraînement cérébral avec de la musique

Nous aimons tous la musique, même si la plupart d'entre nous l'ont considérée comme une activité de loisir et de détente. Nous avons tous ressenti le pouvoir que possède la musique qui affecte notre humeur, mais la plupart d'entre nous n'ont pas envisagé la possibilité qu'elle puisse réellement affecter notre capacité d'apprentissage et nous n'avons pas été conscients de sa capacité à ouvrir des voies neuronales dans notre cerveau.

La musique est non seulement agréable à écouter, mais le son est un nutriment important pour le système nerveux. Un bébé à naître peut entendre la voix de sa mère dans l'utérus à 16 semaines - le son de la voix de la mère nourrit et nourrit le système nerveux du bébé. L'écoute intra-utérine est essentielle car son son nourrissant stimule la croissance du cerveau pour le développement du langage, les liens et l'attachement. Nous avons tous entendu parler de « l'effet Mozart » qui implique l'utilisation de la musique classique pour entraîner le cerveau au développement du langage et à des capacités de réflexion de niveau supérieur. Tout comme les mouvements corporels spécifiques (tels que les exercices qui traversent la ligne médiane du corps) et les exercices oculaires réentraînent le cerveau, la musique réentraîne puissamment le système de traitement auditif d'un enfant. Il existe des exercices sonores spécifiques conçus pour renforcer le cerveau/système auditif, tout comme un exercice physique renforcerait le corps. Les infections de l'oreille peuvent laisser un enfant avec une capacité moins qu'optimale à percevoir correctement le son longtemps après que les conduire à une difficulté de traitement auditif et peut affecter la lecture, la phonétique, l'orthographe et l'attention. Parfois, cette faiblesse de traitement peut être mesurée sur un audiogramme et parfois elle est si subtile qu'elle ne peut pas être mesurée. Il a été découvert que les cils de l'oreille - les minuscules poils responsables du transfert du son qui sont souvent endommagés par des infections répétées de l'oreille - peuvent être encouragés à fonctionner plus efficacement grâce à l'utilisation de tons et de fréquences sonores spécifiques que l'on trouve dans certains types de musique. Il y a 50 ans, le Dr Alfred Tomatis, un chirurgien spécialiste des oreilles, du nez et de la gorge en France, a découvert que l'oreille est comme une batterie qui convertit les sons en ondes électriques qui chargent le cortex du cerveau. Il a créé un système de réentraînement du système auditif en utilisant une musique classique spécialement traitée et agréable à écouter. En écoutant ces albums spécialement traités et enregistrés à la maison, il a découvert que cette stimulation rééduquait le système auditif à fonctionner correctement. Il a également découvert que cet entraînement cérébral auditif aidait les enfants à organiser leurs pensées, à concentrer leur attention, leur équilibre, la phonétique, la lecture, l'orthographe et à entendre et comprendre les instructions orales, en particulier en présence de bruit de fond. Sa conclusion était que la musique a la capacité de provoquer des changements à la fois subtils et profonds chez les enfants.

Il y a énormément de nuisances sonores (souffleurs à cheveux, tondeuses à gazon, circulation, lave-vaisselle, etc.) qui bombardent quotidiennement le système auditif et nerveux de nos enfants. L'un des moyens de lutter contre ce bruit plus destructeur consiste d'abord à réaliser que les bruits forts sont perçus comme des facteurs de stress pour le système nerveux. Nous pouvons faire beaucoup pour combattre cet assaut quotidien en mettant simplement une musique de fond douce tout au long de la journée pour aider à équilibrer à la fois leur système nerveux et leur système auditif. Il existe même une musique spécifique conçue pour aider les enfants à se concentrer avec le bruit de fond. Dans les salles de classe où les enseignants sont conscients de ce lien et jouent régulièrement de la musique classique spécialement préparée en arrière-plan pendant le travail sur siège, les enfants peuvent se concentrer beaucoup mieux et être plus précis dans leur travail.

  1. Soyez conscient de la pollution sonore quotidienne dans votre maison. Dans la mesure du possible, maintenez le bruit mécanique au minimum. Jouez de la musique classique doucement en arrière-plan pour réduire les effets du bruit parasite et améliorer l'apprentissage. Mozart, Bach et Vivaldi sont des compositeurs qui aident à ce processus.
  2. Pour améliorer davantage la capacité d'écoute ou pour aider un enfant aux prises avec des problèmes de traitement auditif, d'attention, de lecture, etc., utilisez un programme d'écoute de musique spécialement traitée, utilisant des écouteurs et un horaire régulier conçu pour réentraîner progressivement le cerveau à traiter sonner plus efficacement.

En tant qu'éducatrice spécialisée et professionnelle de la santé, je suis très consciente de l'importance d'une excellente nutrition pour maximiser la capacité d'apprentissage et réduire les effets des troubles d'apprentissage. Savoir que le son est un autre nutriment important et l'utiliser à travers la musique classique pour entraîner le cerveau à traiter les sons plus efficacement nous donne un autre moyen d'aider nos enfants. Le son nous affecte négativement ou positivement : nous pouvons chaque jour choisir l'environnement sonore de nos enfants. Nous pouvons même choisir d'utiliser la musique de manière spécifique pour restaurer le traitement auditif et d'autres capacités qui ont été perdues.

La neuroplasticité du cerveau est assez étonnante. Chaque décennie, de nouvelles méthodes sont découvertes qui aident à guérir et à recycler le cerveau pour qu'il fonctionne comme Dieu l'a voulu.

Il existe plusieurs programmes disponibles qui sont très utiles à de nombreux enfants :

Les informations contenues dans cet article ne doivent pas être interprétées comme un diagnostic ou un avis médical. Veuillez consulter votre médecin pour toute condition médicale et avant d'ajouter des suppléments ou de modifier le régime alimentaire d'un enfant.

Dianne Craft est titulaire d'une maîtrise en éducation spécialisée et est une professionnelle de la santé naturelle certifiée. Elle a un cabinet de consultation privé, Child Diagnostics, Inc., à Littleton, Colorado.


Classe 8 Sciences Chapitre 13 Son

Sujets et sous-sujets de la classe 8 Sciences Chapitre 13 Son :

Nom de la section Nom du sujet
13Sonner
13.1Le son est produit par un corps vibrant
13.2Son produit par les humains
13.3Le son a besoin d'un support pour se propager
13.4Nous entendons le son à travers nos oreilles
13.5Amplitude, période et fréquence d'une vibration
13.6Sons audibles et inaudibles
13.7Bruit et musique
13.8Pollution sonore

Questions sur les manuels de sciences NCERT de la classe 8 du son

Question 1.
Choisissez la bonne réponse.
Le son peut traverser
(a) gaz uniquement
(b) solides seulement
(c) liquides uniquement
(d) solides, liquides et gaz
Réponse:
(d) les solides, les liquides et les gaz.

Question 2.
Parmi les voix suivantes, laquelle est susceptible d'avoir une fréquence minimale ?
(un bébé fille
(b) Petit garçon
(c) Un homme
(d) Une femme
Réponse:
(c) Un homme

Question 3.
Dans les affirmations suivantes, cochez « T » contre celles qui sont vraies et « F » contre celles qui sont fausses.

  1. Le son ne peut pas voyager dans le vide.
  2. Le nombre d'oscillations par seconde d'un objet vibrant est appelé sa période de temps.
  3. Si l'amplitude de vibration est grande, le son est faible.
  4. Pour les oreilles humaines, la plage audible est de 20 Hz à 20 000 Hz.
  5. Plus la fréquence de vibration est basse, plus la hauteur est élevée.
  6. Le son indésirable ou désagréable est appelé musique.
  7. La pollution sonore peut entraîner une déficience auditive partielle.

Question 4.
Complétez les blancs avec des mots appropriés.

  1. Le temps mis par un objet pour effectuer une oscillation est appelé _______
  2. L'intensité sonore est déterminée par le ________ de la vibration.
  3. L'unité de fréquence est ________
  4. Le son indésirable s'appelle _______
  5. La stridence d'un son est déterminée par le ______ de la vibration.

Question 5.
Un pendule oscille 40 fois en 4 secondes. Trouvez sa période et sa fréquence.
Réponse:
Nombre d'oscillations = 40
Le temps total est pris = 4 secondes

Question 6.
Le son d'un moustique est produit lorsqu'il fait vibrer ses ailes à une vitesse moyenne de 500 vibrations par seconde. Quelle est la durée de la vibration ?
Réponse:
Nombre de vibrations par seconde = 500

Question 7.
Identifiez la partie qui vibre pour produire le son dans les instruments suivants.

Question 8.
Quelle est la différence entre le bruit et la musique ? La musique peut-elle parfois devenir du bruit ?
Réponse:
Le type de son qui est désagréable à écouter est connu sous le nom de bruit alors que la musique est un son agréable, qui produit une sensation.
Oui, la musique peut devenir bruyante lorsqu'elle est trop forte.

Question 9.
Dressez la liste des sources de pollution sonore dans votre environnement.
Réponse:
Voici les principales sources de pollution sonore :

  • Le bruit des véhicules
  • Son des appareils de cuisine
  • Bruit de crackers qui éclatent
  • Son des haut-parleurs, TV, transistors

Question 10.
Expliquez en quoi la pollution sonore est nocive pour l'homme.
Réponse:
Les nuisances sonores provoquent :
(a) Manque de sommeil
(b) Anxiété
(c) Hypertension
et ceux-ci sont nocifs pour la santé.

Question 11.
Tes parents vont acheter une maison. On leur a offert une au bord de la route et une autre à trois voies loin du bord de la route. Quelle maison suggéreriez-vous à vos parents d'acheter ? Expliquez votre réponse.
Réponse:
Je suggérerais à mes parents d'acheter une maison à trois voies du bord de la route, car la maison au bord de la route serait très bruyante de jour comme de nuit à cause des véhicules en marche. Alors qu'une maison à trois voies serait comparativement plus silencieuse car l'intensité du bruit diminue avec la distance entre la source et l'auditeur.

Question 12.
Dessinez le larynx et expliquez sa fonction avec vos propres mots.
Réponse:
Le larynx est également connu sous le nom de boîte vocale. Il est à l'extrémité supérieure de la trachée. Deux cordes vocales sont étirées à travers le larynx ou le larynx de manière à laisser une fente étroite entre elles pour le passage de l'air (Fig. 13.12). Lorsque les poumons forcent l'air à travers la fente, les cordes vocales vibrent, produisant un son. Les muscles attachés aux cordes vocales peuvent rendre les cordes tendues ou lâches.

Lorsque les cordes vocales sont serrées et fines, le type ou la qualité de la voix est différent de celui lorsqu'elles sont lâches et épaisses.

Question 13.
La foudre et le tonnerre ont lieu dans le ciel en même temps et à la même distance de nous. La foudre est vue plus tôt et le tonnerre est entendu plus tard. Pouvez-vous expliquer pourquoi?
Réponse:
La vitesse de la lumière est supérieure à celle du son. Ainsi, en raison de la plus grande vitesse de la lumière, elle nous atteint avant le son. Ainsi, la foudre est vue plus tôt et le tonnerre est entendu plus tard.

Sound Class 8 Science NCERT Intext Activités résolues

Activité 1 (Manuel du NCERT, page 158)
Prenez une assiette en métal (ou un plat peu profond). Accrochez-le à un endroit pratique de manière à ce qu'il ne touche aucun mur. Frappez-le maintenant avec un bâton (Fig. 13.1). Touchez doucement la plaque ou la poêle avec votre doigt. Sentez-vous les vibrations? Frappez à nouveau la plaque avec le bâton et tenez-la fermement avec vos mains immédiatement après avoir frappé. Vous entendez toujours le son ? Touchez la plaque une fois qu'elle a cessé de produire du son. Pouvez-vous ressentir des vibrations maintenant?

Solution:
Lorsque nous touchons doucement la poêle avec notre doigt après avoir frappé, nous ressentons la vibration. Lorsque nous tenons fermement la casserole après l'avoir frappée, nous n'entendons pas le son. Lorsque le panoramique cesse de produire du son, il cesse également de vibrer. Ainsi, nous pouvons conclure que le corps vibrant produit du son.

Activité 2 (Manuel du NCERT, page 758)
Jake un élastique. Placez-le autour du côté le plus long d'une boîte à crayons (Fig. 13.2). Insérez deux crayons entre la boîte et le caoutchouc étiré. Maintenant, pincez l'élastique quelque part au milieu. Entendez-vous un son ? Le groupe vibre-t-il ?

Solution:
Oui, on entend le bruit en pinçant l'élastique. Aussi, on constate que le groupe vibre. Ainsi, tous les corps vibrants produisent du son.

Activité 3 (Manuel du NCERT, pages 758-759)
Prenez un plat en métal. Versez de l'eau dedans. Frappez-le sur son bord avec une cuillère (Fig. 13.3). Vous entendez un son ? Frappez à nouveau le plat puis touchez-le. Sentez-vous le plat vibrer ? Frappez à nouveau le plat. Regardez la surface de l'eau. Voyez-vous des vagues là-bas? Tenez maintenant le plat. Quel changement observez-vous à la surface de l'eau ? Pouvez-vous expliquer le changement ? Existe-t-il un indice pour relier le son aux vibrations d'un corps ?

Solution:
En frappant la parabole en métal on entend un son et en la touchant on sent la parabole vibrer. En frappant le plat avec de l'eau, nous voyons des ondes circulaires se produire. Ainsi, l'objet vibrant produit un son.

Activité 4 (Manuel du NCERT, page 159)
Prenez une coquille de noix de coco creuse et faites un ektara d'instrument de musique. Vous pouvez également le faire à l'aide d'un pot en terre (Fig. 13.4). Jouez de cet instrument et identifiez sa partie vibrante.

Solution:
Nous avons observé que la partie vibrante de l'instrument de musique ektara est une corde tendue.

Activité 5 (Manuel du NCERT, page 160)
Prenez 6-8 bols ou gobelets. Remplissez-les d'eau jusqu'à différents niveaux, en augmentant progressivement d'un bout à l'autre. Maintenant, prenez un crayon et frappez doucement les bols. Frappez-les tous l'un après l'autre. Vous entendrez des sons agréables. C'est votre Jaltarang (Fig. 13.5).

Solution:
On entend un son agréable. Cela est dû aux différents niveaux d'eau dans les bols.
Ainsi, nous constatons que plus la longueur de la colonne d'air vibrante est courte, plus la hauteur du son produit est élevée.

Activité 6 (Manuel du NCERT, page 161)
Prenez deux bandes de caoutchouc de la même taille. Placez ces deux pièces l'une au-dessus de l'autre et étirez-les bien. Maintenant, soufflez de l'air à travers l'espace entre eux [Fig. 13.6(a)]. Lorsque l'air souffle à travers les bandes de caoutchouc étirées, un son est produit. Vous pouvez également prendre un morceau de papier avec une fente étroite et le tenir entre vos doigts comme indiqué dans [Fig. 13.6(b)]. Maintenant, soufflez dans la fente et écoutez le son.

Solution:
Cette activité montre que les cordes vocales produisent également des sons de la même manière lorsqu'elles vibrent.

Activité 7 (Manuel du NCERT, page 161)
Prenez un gobelet en métal ou en verre. Assurez-vous qu'il est sec. Placez-y un téléphone portable. Demandez à votre ami de faire sonner ce téléphone portable à partir d'un autre téléphone portable. Écoutez attentivement la sonnerie.
Maintenant, entourez le rebord du gobelet avec vos mains (Fig. 13.7). Mettez votre bouche sur l'ouverture entre vos mains. Indiquez à votre ami de donner à nouveau une bague. Écoutez la sonnerie tout en aspirant l'air du gobelet. Le son devient-il plus faible lorsque vous aspirez de l'air ?
Retirez le gobelet de votre bouche. Le son redevient-il fort ?

Solution:
Nous avons observé que le son devient plus faible qu'auparavant lorsque nous essayons d'aspirer de l'air. Mais lorsque nous retirons le gobelet de notre bouche, le son redevient fort. Ainsi, le son a besoin d'un support pour voyager.

Activité 8 (Manuel du NCERT, page 162)
Prenez un seau ou une baignoire. Remplissez-le d'eau propre.
Prenez une petite cloche dans une main. Secouez cette cloche dans l'eau pour produire un son. Assurez-vous que la cloche ne touche pas le corps du seau ou de la baignoire. Placez doucement votre oreille sur la surface de l'eau (Fig. 13.8). Pouvez-vous entendre le son de la cloche? Cela indique-t-il que le son peut voyager à travers les liquides ?

Solution:
Nous pouvons entendre le son de la cloche qui indique que le son peut voyager à travers les liquides.

Activité 9 (Manuel du NCERT, page 162)
Prenez une échelle métrique ou une longue tige de métal et tenez son extrémité contre votre oreille. Demandez à votre ami de gratter ou de tapoter doucement à l'autre extrémité de la balance (Fig. 13.9).
Entendez-vous le son du grattement ? Demandez à vos amis autour de vous s'ils ont pu entendre le même son ?

Solution:
Oui, on constate qu'on entend le son du scratch. Mais, les gens qui se tiennent autour de nous ne peuvent pas entendre le même son ou nous pouvons dire que c'est une boiterie qui n'est pas audible pour eux.

Activité 10 (Manuel du NCERT, page 163)
Prenez une boîte en plastique ou en fer-blanc. Coupez ses extrémités. Étirez un morceau de ballon en caoutchouc sur une extrémité de la boîte et attachez-le avec un élastique. Mettez quatre ou cinq grains de céréales sèches sur le caoutchouc étiré. Maintenant, demandez à votre ami de parler "Hurrey, Hurrey" à partir de l'extrémité ouverte (Fig. 13.10). Observez ce qui arrive au grain. Pourquoi le grain saute-t-il de haut en bas ?

Solution:
Le grain saute de haut en bas à cause des vibrations causées sous le caoutchouc étiré. Ainsi, lorsque les ondes sonores tombent sur le tympan, il se met à vibrer rapidement d'avant en arrière.

Activité 11 (Manuel du NCERT, pages 164-165)
Prenez un gobelet métallique et une cuillère à soupe. Frappez doucement la cuillère à soupe au bord du gobelet. Écoutez le son produit. Maintenant, frappez la cuillère sur le gobelet et entendez à nouveau le son produit. Le son est-il plus fort lorsque le gobelet est frappé fort ?
Suspendez maintenant une petite boule thermocol en touchant le bord du gobelet (Fig. 13.11). Faites vibrer le gobelet en le frappant. Voir à quelle distance la balle est déplacée. Le déplacement de la bille est une mesure de l'amplitude de vibration du gobelet.
Maintenant, frappez le gobelet doucement, puis avec une certaine force. Comparer les amplitudes de vibrations du gobelet dans les deux cas. Dans quel cas l'amplitude est-elle plus grande ?

Solution:
Le son produit est plus fort lorsque le gobelet est frappé fort. L'amplitude de vibration du gobelet est plus grande lorsque le verre est frappé fort. Ainsi, l'intensité du son dépend de l'amplitude de vibration.

Solutions NCERT pour les sciences de la classe 8 Chapitre 13 - Questions et réponses de 1 note

Question 1.
Choisissez la bonne réponse. Le son peut traverser

Réponse:
Solides, liquides et gaz.

Question 2.
Parmi les voix suivantes, laquelle est susceptible d'avoir une fréquence minimale ? [NCERT]

Question 3.
Identifiez la partie qui vibre pour produire le son dans les instruments suivants. [NCERT]

Question 4.
Dans les affirmations suivantes, cochez « T » contre celles qui sont vraies et « F » contre celles qui sont fausses. [NCERT]

  1. Le son ne peut pas voyager dans le vide. (V/F)
  2. Le nombre d'oscillations par seconde d'un objet vibrant est appelé sa période de temps. (V/F)
  3. Si l'amplitude de vibration est grande, le son est faible. (V/F)
  4. Pour les oreilles humaines, la plage audible est de 20 Hz à 20 000 Hz. (V/F)
  5. Plus la fréquence de vibration est basse, plus la hauteur est élevée. (V/F)
  6. Le son indésirable ou désagréable est appelé musique. (V/F)
  7. La pollution sonore peut entraîner une déficience auditive partielle. (V/F)

Question 5.
Complétez les blancs avec des mots appropriés. [NCERT]

  1. Le temps mis par un objet pour effectuer une oscillation est appelé …………
  2. L'intensité sonore est déterminée par le ………….. de la vibration.
  3. L'unité de fréquence est ……………
  4. Le son indésirable est appelé …………….
  5. L'aigreur d'un son est déterminée par le …………….. de la vibration.

Question 6.
Définir les vibrations.
Réponse:
La vibration est le mouvement de va-et-vient ou de va-et-vient d'un objet.

Question 7.
Quelle partie du corps humain est responsable de la production du son ? [NCT 2011]
Réponse:
Chez l'homme, le son est produit par la boîte vocale ou le larynx

Question 8.
Quelle est la longueur des cordes vocales chez l'homme ?
Réponse:
Les cordes vocales chez l'homme mesurent environ 20 mm de long.

Question 9.
Le son peut-il voyager dans le vide ?
Réponse:
Non, le son ne peut pas voyager dans le vide.

Question 10.
Qu'entend-on par mouvement oscillatoire ?
Réponse:
Le mouvement de va-et-vient d'un objet est appelé mouvement oscillatoire.

Question 11.
Définir la fréquence.
Réponse:
Le nombre d'oscillations par seconde est appelé fréquence d'oscillation.

Question 12.
Définissez 1 hertz.
Réponse:
Une fréquence de 1 hertz signifie une oscillation par seconde.

Question 13.
Comment la fréquence d'un son et la hauteur sont-elles liées ?
Réponse:
Si la fréquence de vibration est plus élevée, le son a une hauteur plus élevée.

Question 14.
Quelle voix a une fréquence plus élevée – homme ou femme ?
Réponse:
La voix de la femme a une fréquence plus élevée.

Question 15.
Quelle est la portée du son audible ?
Réponse:
Le son de fréquence 20 Hz à 20 000 Hz est la plage audible.

Question 16.
Quel animal peut entendre des sons de fréquences supérieures à 20 000 Hz ?
Réponse:
Les chiens peuvent entendre des fréquences supérieures à 20 000 Hz.

Question 17.
Qu'entend-on par niveau sonore de base ?
Réponse:
Le niveau d'intensité sonore de base est défini comme l'intensité sonore que l'oreille humaine peut tout juste percevoir.

Question 18.
Qu'entend-on par pollution sonore ?
Réponse:
La présence de sons excessifs ou indésirables dans l'atmosphère est appelée pollution sonore.

Question 19.
Si la fréquence d'un son est inférieure à 20 Hz, sera-t-il audible par les êtres humains ?
Réponse:
Non, ce ne sera pas audible.

Question 20.
Dans quel état de la matière le son voyage-t-il

Question 21.
Qu'arrive-t-il au son lorsqu'il frappe une surface ?
Réponse:
Le son se reflète en frappant une surface.

Question 22.
Pourquoi entendons-nous le bruit d'une voiture qui s'approche avant que la voiture ne nous atteigne ?
Réponse:
Cela se produit parce que la vitesse du son est beaucoup plus grande que la vitesse de la voiture.

Solutions NCERT pour les sciences de la classe 8 Chapitre 13 - Questions et réponses à 2 notes

Question 1.
Le son d'un moustique est produit lorsqu'il fait vibrer ses ailes à une vitesse moyenne de 500 vibrations par seconde. Quelle est la durée de la vibration ? [NCERT]
Réponse:
Temps pris pour 500 vibrations = 1 seconde
Temps pris pour 1 vibration = 1/500 seconde.
Période = 1/500 seconde.

Question 2.
Comment les plantes contribuent-elles à réduire les nuisances sonores ?
Réponse:
Les plantes absorbent le son et nous aident ainsi à minimiser la pollution sonore.

Question 3.
Comment contrôler les sources de nuisances sonores ?
Réponse:
Nous pouvons contrôler les nuisances sonores en concevant et en installant des dispositifs silencieux dans les machines.

Question 4.
Comment un enfant malentendant peut-il communiquer ?
Réponse:
Un enfant malentendant peut communiquer efficacement en utilisant la langue des signes.

Question 5.
Si l'amplitude augmente 3 fois, de combien le volume augmente-t-il ?
Réponse:
Si l'amplitude augmente trois fois, le volume augmentera d'un facteur 9.

Question 6.
La fréquence d'un son donné est de 1,5 kHz. Combien de vibrations accomplit-il en une seconde ?
Réponse:
Fréquence = nombre de vibrations/temps
∴ Nombre de vibrations = Fréquence x temps = 1,5 x 1000 x 1 = 1500 vibrations

Question 7.
Quelle caractéristique d'un corps vibrant détermine

Question 8.
Pourquoi n'entendons-nous pas d'échos dans notre environnement ordinaire ?
Réponse:
Nous n'entendons pas d'écho dans notre environnement ordinaire car la distance pour entendre l'écho doit être supérieure à 17 m.

Question 9.
Nous ne pouvons pas entendre le bruit des météores qui explosent dans le ciel, bien que nous puissions les voir. Pourquoi ?
Réponse:
Le son ne peut pas voyager dans le vide. Dans l'espace, il y a le vide. La lumière peut voyager dans le vide, nous pouvons donc voir le météore exploser mais ne pouvons pas entendre l'explosion.

Question 10.
On entend les avions à réaction supersoniques voler. Comment ?
Réponse:
Les avions à réaction supersoniques volent dans les airs. Puisque le son peut voyager dans l'air, nous pouvons alors entendre voler.

Question 11.
Que sont les cordes vocales ? Quelle est leur fonction ? [NCT 2011]
Réponse:
Le larynx a une paire de membranes appelées cordes vocales étirées sur toute leur longueur. Les cordes vocales vibrent et produisent du son.

Question 12.
Quand un bruit sourd devient-il musique ?
Réponse:
Lorsque les bruits sourds sont répétés à intervalles réguliers, cela devient de la musique, par exemple un battement de tambours ou de bois.

Question 13.
Comment les oiseaux et les insectes produisent-ils du son ?
Réponse:
Les oiseaux gazouillent à l'aide du syrinx dans leur calumet. Les insectes produisent du son en battant des ailes.

Question 14.
Quelle est la fonction de la trompe d'Eusfachien dans l'oreille humaine ?
Réponse:
Les vibrations des mots prononcés parviennent à nos oreilles à travers les trompes d'Eustache.

  1. Dans notre corps quelle partie de l'oreille reçoit les ondes sonores ?
  2. Que peut-il se passer si le tympan est absent de notre oreille ?
  1. Pinna aide à recevoir les ondes sonores.
  2. Si le tympan est absent, nous ne serions pas en mesure d'entendre.

Question 16.
Un enfant malentendant peut-il parler ? Si non pourquoi ?
Réponse:
Un enfant malentendant ne peut pas parler car s'il est capable d'entendre, il apprendra à parler.

Question 17.
Donnez un exemple chacun de :

  1. instrument à cordes
  2. instrument à percussion
  3. instrument à vent
  4. instrument de frappe

Question 18.
Le son peut-il voyager dans l'eau ? Comment les baleines communiquent-elles sous l'eau ?
Réponse:
Oui, le son peut voyager dans l'eau. Comme le son peut voyager dans l'eau, les baleines peuvent communiquer entre elles.

Question 19.
Comment la variation de pression dans une onde sonore est-elle amplifiée dans l'oreille humaine ?
Réponse:
La variation de pression dans une onde sonore provoque des vibrations dans le tympan. Ces vibrations sont amplifiées plusieurs fois par les trois os. (Le marteau, l'enclume et l'étrier).

Question 20.
Comment pouvez-vous entendre un ami parler dans une autre pièce sans le voir ?
Réponse:
Le son peut voyager dans toutes les directions et dans tous les sens. La lumière ne peut pas voyager dans les coins. Par conséquent, nous pouvons entendre un ami parler dans une autre pièce mais ne pouvons pas le voir.

Solutions NCERT pour les sciences de la classe 8 Chapitre 13 - Questions et réponses à 3 notes

Question 1.
Énumérez les sources de pollution sonore dans votre environnement. [NCERT]
Réponse:
Les principales sources de pollution sonore sont les bruits de véhicules, d'explosions, de machines, de haut-parleurs.

Question 2.
Quels sont les effets des nuisances sonores ?
Réponse:
En raison de la pollution sonore, une personne peut souffrir de manque de sommeil, d'hypertension et d'anxiété. Si une personne est exposée au bruit de façon continue, elle peut souffrir d'une surdité temporaire ou permanente.

Question 3.
Comment maîtriser les nuisances sonores en zone résidentielle ?
Réponse:

  1. Les opérations bruyantes doivent être menées loin des zones résidentielles.
  2. Les industries productrices de bruit devraient être éloignées de ces zones.
  3. L'utilisation de klaxons d'automobile doit être réduite au minimum.
  4. Les systèmes de télévision et de musique doivent fonctionner à des volumes inférieurs.

Question 4.
Un pendule oscille 40 fois en 4 secondes. Trouvez sa période et sa fréquence. [NCT 2011, NCERT]
Réponse:
40 alternances en 4 secondes.
10 vibrations en 1 seconde
Fréquence =10 vibrations/sec. ou 10Hz.
Période = 1/10 sec.

Question 5.
Tes parents vont acheter une maison. On leur a offert une au bord de la route et une autre à trois voies loin du bord de la route. Quelle maison proposeriez-vous à vos parents d'acheter ? Expliquez votre réponse. [NCERT]
Réponse:
Je conseillerais à mes parents d'acheter la maison à trois voies du bord de la route car là-bas, le bruit des automobiles serait beaucoup moins important.

Question 6.
Que se passe-t-il quand on pince les cordes d'un sitar ?
Réponse:
Quand on pince les cordes d'un sitar, tout l'instrument vibre et le son se fait entendre.

Question 7.
Pourquoi la voix des hommes, des femmes et des enfants est-elle différente ?
Réponse:
La voix des hommes, des femmes et des enfants est différente car la longueur des cordes vocales est différente. La longueur des cordes vocales est la plus longue chez les hommes et la plus courte chez les enfants.

Question 8.
Comment pouvons-nous entendre le son ?
Réponse:
Le tympan est comme une feuille de caoutchouc étirée. Les vibrations sonores font vibrer le tympan. Le tympan envoie des vibrations à l'oreille interne. De là, le signal va au cerveau et nous sommes capables d'entendre.

Question 9.
Quelles sources dans la maison peuvent conduire au bruit ?
Réponse:
La télévision et le transistor à haut volume, certains appareils de cuisine, les glacières du désert, les climatiseurs contribuent tous à la pollution sonore.

Question 10.
Quelle est la différence entre le bruit et la musique ? La musique peut-elle parfois devenir du bruit ?
Réponse:
Les sons désagréables sont appelés bruits.
La musique est un son qui produit une sensation agréable.
Si la musique est trop forte, elle devient du bruit.

Question 11.
Dessinez un diagramme étiqueté montrant la structure de l'oreille humaine.
Réponse:

Question 12.
Quelle est la fonction de :

  1. L'oreille externe nous aide à recevoir les ondes sonores et à les diriger vers le tympan.
  2. L'oreille interne a une cochlée qui est remplie d'un liquide et contenant de minuscules cellules ciliées. Les cellules velues transforment les vibrations sonores en impulsion nerveuse qui se rend au cerveau.
    L'oreille interne nous aide également à équilibrer le corps.

Question 13.
Donnez quelques suggestions par lesquelles nous pouvons garder nos oreilles en bonne santé.
Réponse:

  1. N'insérez jamais d'objet pointu dans l'oreille. Tt peut endommager le tympan et rendre une personne sourde.
  2. Ne criez jamais fort dans l'oreille de quelqu'un.
  3. Ne frappez jamais durement quelqu'un sur l'oreille.

Question 14.
Pouvez-vous entendre le son sur la lune ? Expliquer.
Réponse:
Nous ne pouvons pas entendre le son sur la lune car le son nécessite un support matériel pour voyager. Sur la lune, il n'y a pas d'atmosphère et le son ne peut pas voyager dans le vide.

Question 15.
Que sont les ultrasons ? En quoi nous sont-ils utiles ?
Réponse:
Le son ayant une fréquence supérieure à 20 kHz est connu sous le nom d'ultrasons, est utilisé pour

  • détecter des défauts plus fins dans les tôles.
  • scanner et imager le corps à la recherche de calculs, de tumeurs et de fœtus.

Solutions NCERT pour les sciences de la classe 8 Chapitre 13 - 5 Questions et réponses de marque

Question 1.
Dessinez le larynx et expliquez sa fonction avec vos propres mots. [NCERT]
Réponse:
Nous produisons du son dans le larynx de notre gorge. Le larynx a deux cordes vocales, qui sont des plis de tissu avec une fente comme une ouverture entre eux. Lorsque nous parlons, l'air passe par l'ouverture et les cordes vocales vibrent pour produire un son.

Question 2.
La foudre et le tonnerre ont lieu dans le ciel en même temps et à la même distance de nous. La foudre est vue plus tôt et le tonnerre est entendu plus tard. Pouvez-vous expliquer pourquoi ? [NCERT]
Réponse:
La vitesse de la lumière est plus que la vitesse du son. Par conséquent, même si le tonnerre et la foudre ont lieu simultanément, nous voyons la foudre plus tôt.

  1. SONAR fait référence à la navigation et à la télémétrie sonores.
  2. Le principe de réflexion du son est utilisé dans SONAR.
  3. Le SONAR est utilisé pour mesurer la profondeur de l'océan. Les ondes ultrasonores sont envoyées du navire vers la mer. Ils sont récupérés après réflexion sur le fond marin. La profondeur est calculée en notant la période de temps.

Question 4.
Quelle est l'utilisation des ultrasons en médecine et dans l'industrie ?
Réponse:
Utilisation des ultrasons en médecine :

  • Pour scanner et imager le corps à la recherche de calculs, de tumeurs et de fœtus.
  • Pour soulager les douleurs musculaires et articulaires.

Utilisation des ultrasons dans l'industrie :

  • Pour détecter des défauts plus fins dans les tôles.
  • Dans les lave-vaisselle où l'eau et le détergent vibrent avec des vibrateurs à ultrasons.
  • Pour homogénéiser le lait dans les usines laitières.

Question 5.
Qu'est-ce qu'un sonagramme ? Pourquoi est-il préféré aux rayons X ?
Réponse:
L'échographie est l'image des organes internes. Les ultrasons peuvent traverser le corps humain et sont réfléchis. Les reflets sont enregistrés par ordinateur et des images sont générées sur l'écran.
L'échographie n'est pas nocive et est donc utilisée pour étudier le fœtus ou la pierre ou la tumeur dans les organes. D'un autre côté, les rayons X peuvent être nocifs si les humains sont exposés plus longtemps.

  1. Nommez une propriété du son qui est
    (i) semblable à la propriété de la lumière.
    (ii) différent de celui de la lumière.
  2. Pourquoi certaines personnes ont-elles une déficience auditive ? Comment communiquent-ils avec les autres ?
  1. (i) La propriété du son similaire à la lumière est que dans les deux cas, la réflexion a lieu.
    (ii) Le son peut se déplacer dans les coins mais la lumière ne le peut pas.
  2. Certaines personnes souffrent de déficience auditive parce que leur tympan est endommagé ou absent. Cela peut être dès la naissance ou peut survenir plus tard. Ces personnes communiquent avec la « langue des signes ». Ils peuvent également utiliser des « appareils auditifs ».

Solutions NCERT pour les QCM du chapitre 13 des sciences de la classe 8

Question 1.
Le déplacement maximal d'un corps vibrant de part et d'autre de sa position moyenne, est appelé son
(a) Fréquence
(b) Niveau sonore
(c) Amplitude
(d) Pas
Réponse:
(c)

Question 2.
La fréquence d'un son donné est de 1,5 kHz. Le corps vibrant est
(a) effectuer 1 500 vibrations en une seconde.
(b) prendre 1500 secondes pour terminer une vibration.
(c) prendre 1,5 seconde pour terminer une vibration.
(d) effectuer 1,5 vibration en une seconde
Réponse:
(une)

Question 3.
Un son donné est inaudible à l'oreille humaine, si
(a) son amplitude est trop petite.
(b) sa fréquence est inférieure à 20 Hz.
(c) sa fréquence est supérieure à 20 kHz.
(d) il présente l'une des trois caractéristiques énumérées ci-dessus.
Réponse:
(ré)

Question 4.
Le son peut se propager
(a) par le vide ainsi que par les gaz
(b) uniquement par les gaz et les liquides
(c) uniquement par les gaz et les solides
(d) l'un des trois états de la matière.
Réponse:
(ré)

Question 5.
Lorsque la foudre et le tonnerre ont lieu, ils
(a) se produisent ensemble et sont également observés ensemble.
(b) se produisent l'un après l'autre mais sont observés ensemble.
(c) se produisent ensemble mais le tonnerre est observé peu après l'éclair.
(d) se produisent ensemble mais le tonnerre est observé un peu avant l'éclair
Réponse:
(c)

Question 6.
Les fréquences de rasage sonores supérieures à 20 Hz sont appelées
(a) Infrasons
(b) Supersonique
(c) Ultrasons
(d) Aucun de ces
Réponse:
(c)

Question 7.
Hertz est l'unité de
(a) Amplitude
(b) Fréquence
(c) Pas
(d) Longueur d'onde
Réponse:
(b)

Question 8.
L'intensité du son s'exprime en
(a) Hertz
(b) Décibel
(c) Secondes
(d) Aucun de ces
Réponse:
(b)


Le bruit de la circulation est dangereux pour la santé : des solutions existent pour les villes denses

Le bruit de la circulation est le deuxième plus gros problème environnemental dans l'UE, selon l'OMS. Après la pollution de l'air, c'est le bruit qui affecte le plus la santé. Mais la législation concernant les nuisances sonores est insuffisante. Un nouveau rapport montre comment les effets négatifs du bruit sur la santé peuvent être réduits. Plusieurs moyens sont plus faciles à appliquer dans les villes denses.

La plupart d'entre nous ne savent pas que les voitures produisent aujourd'hui autant de bruit à l'extérieur qu'il y a 40 ans. Cependant, les poids lourds sont devenus un peu plus silencieux. Le nombre de personnes exposées aux nuisances sonores dans nos villes reste élevé. Le bruit de la circulation est aujourd'hui lié à des problèmes de santé liés au stress tels que les accidents vasculaires cérébraux et les maladies cardiaques.

"Ces dernières années, la base scientifique de l'évaluation s'est considérablement élargie. Mais la législation visant à protéger les résidents des niveaux de bruit malsains est totalement inadéquate", déclare Tor Kihlman, professeur émérite d'acoustique appliquée à Chalmers.

L'automne dernier, Tor Kihlman et Wolfgang Kropp ont initié une réunion entre des experts internationaux de l'industrie automobile, des universités et des agences gouvernementales à Innsbruck pour discuter des possibilités techniques d'améliorer les environnements urbains. Un rapport de synthèse de la réunion est maintenant disponible, voir ci-dessous.

Il n'existe aucune solution technique simple pour résoudre le problème du bruit de la circulation, ni à la source ni pour empêcher le bruit d'atteindre les oreilles. Pour parvenir à des améliorations, des actions concertées de tous les acteurs sont nécessaires, mais une telle coordination des actions fait aujourd'hui défaut. La répartition des responsabilités n'est pas claire, dit Tor Kihlman.

« Beaucoup des mesures nécessaires sont idéales pour une mise en œuvre dans les villes denses. Elles sont souvent conformes à ce qui est nécessaire pour lutter contre le changement climatique. Voici un double avantage à souligner », déclare Tor Kihlman, citant trois exemples : l'achat de les transports, la vitesse réduite et l'utilisation des bâtiments comme barrières antibruit efficaces, grâce à une bonne planification urbaine.

Le nouveau rapport décrit les premières étapes nécessaires, sur le plan politique, pour que la société évolue vers des effets considérablement réduits sur la santé causés par le bruit de la circulation.

« Les problèmes de bruit de la circulation provenant des routes ne peuvent pas être résolus de manière satisfaisante en prenant uniquement des mesures à la source du bruit, et non avec une technologie prévisible. Par conséquent, le rapport couvre également les mesures de planification et de construction. Mais les méthodes actuelles de mesure et de description des émissions sonores ne sont ni suffisantes ni adéquates du point de vue des citoyens exposés, dit Tor Kihlman.


À l'écoute

En décembre 1963, une femme aux cheveux courts et bouclés était assise au volant d'un wagon de sport Chevrolet gris alors qu'elle conduisait vers le nord depuis Rhode Island, le long de la côte est des États-Unis en direction du Maine. La voiture était remplie de gadgets, il y avait des banques de microphones étanches, des bobines de câbles de plusieurs centaines de mètres de long, des radios bidirectionnelles et des talkies-walkies, des batteries et des générateurs, un aquarium pliable en toile et un bateau en aluminium attaché au toit. Il s'agissait d'une station d'écoute mobile à réponse rapide, en mission pour trouver des poissons bruyants. Il se trouve que le nom du chauffeur était Marie Poland Fish. Elle était généralement connue sous le nom de Bobbie.

En tant que directeur d'un laboratoire de recherche à l'Université de Rhode Island, le travail de Bobbie a été financé par la marine américaine. À l'époque, les militaires voulaient savoir quels sons faisaient les poissons.

Historiquement, les marins ont signalé des sons étranges en mer. Des gémissements, des bruits sourds et des cliquetis de chaînes ont fait penser à beaucoup que leurs navires étaient hantés. Cette clameur est devenue un problème majeur pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les hydrophones des stations d'écoute sous-marines ne pouvaient plus détecter le ronronnement lointain des hélices des navires et des sous-marins. Les sous-mariniers ont décrit toutes sortes de bruits non identifiables : légers bips, coassements et coups de marteau, sifflements et miaulements, du charbon roulant dans une goulotte métallique et le tapotement d'un bâton traîné le long d'une palissade. Parfois, le racket a même noyé les plus gros cuirassés, désactivant une partie importante de la surveillance en temps de guerre.

À la suite d'enquêtes initiales, il est devenu clair qu'une partie du bruit provenait des vagues, du vent et des marées - mais les animaux étaient principalement à blâmer. Les poissons étaient si bruyants qu'ils déclenchaient des bombes sous-marines, censées exploser uniquement aux sons et vibrations d'un sous-marin à proximité. Il y avait un avantage stratégique évident à tirer d'en savoir plus sur le brouhaha de la vie marine, y compris quand et où il était le plus bruyant. C'est là qu'intervient Bobbie Fish.

À la fin de la guerre, et pendant les 20 années suivantes, elle entreprend d'enregistrer et d'identifier ces faiseurs de sons invisibles, pour la plupart des poissons. À l'aide d'hydrophones développés dans le cadre de l'effort de guerre, elle a fixé des stations d'écoute à long terme dans les rivières et les baies pour recueillir les sons ambiants du monde sous-marin. Entre 1959 et 1967, un bateau de recherche partait chaque semaine dans la baie de Narragansett, au large de Rhode Island, et ramenait des poissons au laboratoire de Bobbie, où elle enregistrait leurs voix.

En 1970, elle co-écrit Sounds of Western North Atlantic Fishes, un livre rempli de spectrogrammes montrant la forme et la texture des sons des poissons. Certains des spectrogrammes provenaient du poisson que Bobbie a enregistré dans le port de Boothbay dans le Maine, comme une goberge qui a été descendue dans le réservoir en toile et qui a fait des bruits sourds lorsqu'elle a été manipulée. Un autre poisson de Boothbay était le crasseux, dont le spectrogramme a deux lignes nettes, une plus basse et une plus haute, toutes deux d'une durée de quatre secondes, puis se répétant pendant deux secondes de plus. Le livre présente également la voix d'un poisson-lune de l'océan trouvé juste à l'extérieur de la baie de Narragansett et conservé dans un enclos marin. Il faisait des grognements rauques comme un cochon, qui devenaient plus forts et plus fréquents au fur et à mesure qu'on le manipulait. Un mérou goliath à Porto Rico a déclenché un énorme boom chaque fois qu'il a été poussé, produisant un spectrogramme qui ressemble à une série de coups de pinceau doux un autre aux Bahamas est resté silencieux, bien qu'il ait, à une occasion, presque avalé l'hydrophone dans son énorme bouche.

Ces découvertes ont aidé le personnel de la Marine à éliminer les sons des poissons et une fois de plus à s'adapter aux sons de leurs ennemis. Bobbie avait montré que ce ne sont pas seulement quelques espèces de poissons qui sont bruyantes, mais des centaines d'entre elles.

En effet, les poissons grincent des dents pour émettre des sons rauques. Les habitants des récifs coralliens appelés grunts tirent leur nom des grognements qu'ils émettent en grinçant leur deuxième série de dents ensemble au fond de leur gorge. Les poissons porc-épic frottent leurs mâchoires édentées ensemble, faisant un bruit comme une charnière rouillée. Les chabots utilisent des muscles pour secouer leur ceinture pectorale. La liste se rallonge de plus en plus.


Le bruit que nous faisons n'est pas de la musique aux oreilles des animaux

Ceux d'entre nous qui vivent dans les villes sont habitués aux bruits de la vie urbaine : la circulation, la construction, les avions, votre voisine tond sa pelouse. Bien sûr, parfois nous trouvons cela ennuyeux, mais bon, nous pouvons y faire face. Mais contrairement à nous, la pollution sonore peut être une chose vraiment nocive pour les animaux.

En termes simples, la pollution sonore correspond aux sons associés à l'activité humaine. Il a tendance à être beaucoup plus fort et plus fréquent que les sources naturelles de bruit, et peut affecter le comportement et la physiologie des animaux.

Pouvez-vous m'entendre?

La communication est importante pour que les animaux trouvent et créent des liens avec un partenaire et un groupe social, défendent leur territoire et mettent en garde contre les dangers, comme les prédateurs. Alors, que se passe-t-il lorsque vous augmentez le bruit des animaux ? Vous l'avez deviné, ils ne peuvent pas s'entendre. Cela rend difficile pour eux d'accomplir tout ce que leur communication vise à faire. Certains animaux peuvent s'adapter à cela, comme les oiseaux chanteurs qui changent leur chant pour un ton plus élevé, chantent plus fort ou changent les heures auxquelles ils chantent pour éviter les pics de trafic. Cependant, tous les animaux ne peuvent pas le faire, ce qui leur pose un sérieux problème.

Cet oiseau essaie de se faire entendre pendant la pointe de la circulation à 17 heures. Source : aloush via Flickr.

Tais-toi – Tu me stresses !

La pollution sonore peut transformer des animaux paisibles en têtes de stress. La recherche montre que le bruit fort augmente les niveaux de cortisol (un signe de stress) chez les animaux, y compris les hippocampes, les chiens, les poissons rouges et même les humains. Le cortisol réduit les taux de croissance, ce qui signifie que les animaux stressés sont des animaux plus petits – et les animaux plus petits sont généralement plus vulnérables dans la nature. D'un autre côté, quand je suis stressé, je mange plus - je suppose que je serais en sécurité dans la nature !

Un bruit excessif peut également entraîner des taux de croissance plus lents et même augmenter la mortalité des œufs et des embryons de poisson - vous n'avez même pas besoin d'être né pour souffrir du bruit ! Et si vous êtes né dans la nature bruyante, vous aurez peut-être moins de frères et sœurs. Par exemple, une étude a révélé que les oiseaux pondaient moins d'œufs dans les zones bruyantes. De plus, certains animaux réagissent au stress en devenant plus vigilants et en se cachant davantage, ce qui signifie qu'ils passent moins de temps à chercher de la nourriture et prennent donc moins de poids.

Du côté amusant, une étude a montré que les poissons d'aquaculture exposés à la musique classique grandissaient plus rapidement, étaient de meilleure qualité et produisaient plus de poissons. Alors peut-être que les bruits humains peuvent avoir un bon côté ?

Protégez ces oreilles moelleuses ! Source : Eric Kilby via Flickr.

La musique à tes oreilles est une douleur pour les miennes

L'impact le plus évident du bruit fort est probablement l'endommagement de vos oreilles. Un seul bruit fort ou une exposition prolongée au bruit peut endommager les oreilles des animaux, et peut même conduire à la surdité.

Le bruit fort ne fait pas que blesser les oreilles des animaux. Les vibrations du bruit fort peuvent entraîner des déchirures et des ruptures dans la vessie natatoire des poissons. Cela peut être assez grave car la vessie natatoire est utilisée non seulement pour le son, mais aussi pour le contrôle de la flottabilité.

Ainsi, bien que vous ne puissiez peut-être pas contrôler le bruit de la circulation ou de la construction, peut-être que la prochaine fois que vous traverserez la maison d'un animal, vous vous souviendrez de le réduire - vous les aideriez beaucoup.


Introduction:

Vue, odorat, goût, toucher et ouïe : cinq sens. Les sens nous connectent à notre environnement, de notre sécurité à notre enrichissement. Nous vivons dans un monde qui nous donne l'opportunité d'expérimenter un large éventail de sons. Des sons de la nature aux machines, d'une conversation à la musique, des bruits agréables aux bruits indésirables. L'audition nous tient au courant et nous permet de communiquer. L'audition interagit avec les fonctions conscientes et inconscientes. (Graham et John M. Baguley, 2009) (de Sebastián, 1999)

Certains sons peuvent perturber nos nerfs et d'autres peuvent même être nocifs. Les nuisances sonores peuvent détériorer l'audition, progressivement ou brutalement. Les sons, principalement supérieurs à 85 dB (Lonsbury-Martin et Martin, 2010), peuvent endommager les structures sensibles de l'oreille interne, provoquant une perte auditive induite par le bruit (NIHL). Malheureusement, ce problème est sous-estimé, il n'y a aucune manifestation physique que nous puissions percevoir, jusqu'à ce qu'un problème de communication frustrant survienne. La déficience auditive est un problème de santé auquel nous sommes tous exposés, ce qui se traduit par une augmentation de l'incidence et de la prévalence. La perte auditive a des effets négatifs sur les individus, les personnes qui interagissent avec eux et même les aspects éducatifs ou socio-économiques. Soulignant, NIHL est évitable. Pour comprendre comment les bruits forts peuvent endommager la capacité auditive, nous devons connaître le fonctionnement normal de ce processus. (Haggard, 1982)

  1. Arrivée du stimulus acoustique aux récepteurs.
  2. Transduction du stimulus.
  3. Traitement des signaux électriques.

Oreille interne

Labyrinthe : osseux (périlymphe) et membraneux (endolymphe). Canaux semi-circulaires + Cochlée. Cochlée : partie auditive de l'oreille. Cellules réceptives. Divise les sons en fonction de la fréquence pour activer des fibres nerveuses auditives spécifiques. Action non linéaire : compression d'amplitude des sons pour aider le nerf auditif à codifier pour différentes intensités. Processus actif : enregistre environ 50 dB de sensibilité de l'oreille. (Møller, 2013) Enroulé
(2,5 tours) tube, formé de trois chambres remplies de fluide. Connecté à l'hélicotrème à Scala tympani et vestibuli : périlymphe Scala media : endolymphe (K+ élevé) Fenêtre ovale : produit une onde de pression qui se propage à travers la scala vestibuli à scala tympani à provoque la vibration de la fenêtre ronde. Scala media : partie du labyrinthe membraneux. Également connu sous le nom de canal cochléaire. Contient les vaisseaux sanguins de la strie vasculaire (productrice d'endolymphe). Incarne l'organe de Corti : principal récepteur de l'audition. (Mala, 2006) Organe de Corti : transforme l'énergie physique en énergie nerveuse –transduction Vibration de structures provoquant le déplacement du liquide cochléaire à mouvement des cellules ciliées à signaux électrochimiques. -Composants : cellules sensorielles clés (cellules ciliées internes et externes, toutes deux avec des stéréocils aux surfaces apicales), cellules piliers (pour la rigidité et la construction du tunnel de Corti qui sépare les cellules ciliées internes et externes) et cellules de soutien (cellules de Deiter et de Hensen). (Graham et John M. Baguley, 2009) (L'Université ouverte, 2017)

Les cellules réceptives de l'oreille interne sont appelées cellules ciliées. Leur nom vient des cils et des stéréocils (ou kinocilium, un poil plus long) qui se projettent de l'apex de ces cellules dans le canal cochléaire. Les apex des cils ont des filaments de protéines, qui se connectent aux cils adjacents, associés à des canaux ioniques qui s'ouvrent sous tension.

Il existe deux types de cellules ciliées : les cellules ciliées internes (IHC) et les cellules ciliées externes (OHC). (Mala, 2006)

Cellules ciliées internes

Environ 3500, disposés en une rangée sous la membrane tectoriale (non attaché). Forme cylindrique Transduction sensorielle. 90 à 95 % des nerfs afférents sont connectés à l'IHC, fournissant des informations sur la stimulation sonore (données auditives) de l'oreille au cerveau (neurotransmetteur : glutamate). Potentiel interne stable : – 45 mV (Owen, 2003b) (Møller, 2013)

Cellules ciliées externes

Environ 12 000 organisés en trois à quatre rangées (formation en W ou en V). Situé près du centre de la membrane basilaire. L'action dépend de l'intensité sonore. Processus actif médian de la cochlée à « Amplificateur cochelar ». Relié à la membrane tectoriale par les stéréocils. Stéréocils : détectent les vibrations au sein de la cochlée, composées de filaments d'actine qui génèrent des réticulations entre les rangées. Faisceaux stéréociliaires : ils ouvrent des canaux ioniques pour K et Ca à convertir l'énergie mécanique en énergie électrique. Électromotilité : La dépolarisation entraîne une contraction en réponse à des stimuli mécaniques utilisant la prestine (la protéine motrice). L'OHC ajuste le mouvement de la membrane basilaire (amplitude) en modifiant la stimulation reçue par l'IHC, augmentant la sélectivité en fréquence. L'innervation efférente oligocochléaire (neurotransmetteur : acétylcholine) permet d'affiner les stimuli auditifs. Potentiel interne stable : -70 mV (Brownell et al., 2018) (Mala, 2006) (Owen, 2003) (Møller, 2013)

Transduction mécanoélectrique

  1. Les ondes sonores voyagent de l'oreille externe à l'oreille moyenne (l'étrier frappe la fenêtre ovale et génère une onde à travers la périlymphe à l'intérieur du labyrinthe, traversant l'hélicotrème jusqu'à la fenêtre ronde) à l'oreille interne (l'onde se déplace le long de la cochlée) * Hautes fréquences : base * Basses fréquences : sommet
  2. Onde de pression à l'intérieur de la cochlée : Vibration de la périlymphe à mouvement de la membrane basilaire à vibration de l'Organe de Corti (Cellules ciliées)à Les OHC améliorent le mouvement de la membrane basilaire à périlymphe stimule le faisceau stéréociliaire vers le kinocilium. Avec un mouvement de fluide suffisant, les poils sont déviés et les canaux ioniques s'ouvrent en étirant les maillons de la pointe. *Énergie mécanique
  3. Le potassium de l'endolymphe pénètre dans l'IHC par les canaux ioniques (à cause de la charge électrique positive) à dépolarisation partielle et propagation du potentiel d'action à afflux de Ca+ le long du corps des cellules ciliées à dépolarisation complète. *Énergie électrique
  4. La charge électrique positive modifie la membrane des cellules ciliées à Vésicules synaptiques contenant un neurotransmetteur
  5. Le neurotransmetteur (glutamate) est libéré de la base de la cellule ciliée à l'excitation des neurones (synapsis) à des signaux vers le cerveau (Cortex auditif du lobe temporal) *Énergie chimique (Graham et John M. Baguley, 2009)(Owen, 2003a)

Perte auditive induite par le bruit

Perte auditive : une augmentation des seuils de plus de 25 dB. Type : conducteur, neurosensorielle ou mixte. Degré : modéré, léger, sévère, profond. Configuration : haute/basse fréquence, bilatérale/unilatérale, symétrique/asymétrique, progressive/soudaine et fluctuante/stable . (Centre des médias de l'OMS, 2014) (American Speech Language Hearing Association, 2016). Perte auditive neurosensorielle : lésion de l'oreille interne (cochlée) ou de la voie nerveuse (nerf vestibulocochélaire CNVIII ou système nerveux central). Causes : maladies, médicaments, génétiques, vieillissement, congénitaux ou bruits forts. (American Speech Language Hearing Association, 2016) (Kari, Wilkinson et Woodson, 2013)

Perte auditive induite par le bruit – dommages causés par une exposition au bruit (fort). Il peut être le résultat d'événements réguliers ou uniques. Il peut être permanent ou temporaire. (Neeraj N, Vardhman et Guru Gobind, 2012) Se produit généralement à : une fréquence de 2 à 4 kHz (American Hearing Research Foundation, 2012) et une intensité de 85 dB ou plus. (American Academy of Otolaryngology–Head and Neck Surgery., 2017) Les cellules ciliées ne sont pas capables de se régénérer. (Université du Texas, 2014)

Mécanisme de dommage

  • Destruction mécanique : modification de la rigidité des cellules ciliées à destruction des cellules sensorielles à perte de fonction
  • Activité métabolique excessive au niveau cellulaire (stress oxydatif) : augmentation des niveaux d'énergie nécessaires à élévation de la consommation d'oxygène à production de radicaux libres dans la cochlée à défense antioxydante insuffisante à mort cellulaire (Krug et al., 2015)
  • Stress oxydatif et NIHL : les revues. Résumés des informations précédentes rapportant des informations descriptives sur le stress oxydatif dans la perte auditive.
  • Stress oxydatif et dommages cochléaires (Hu et Henderson, 2014) [États-Unis] Le stress oxydatif est capable de générer plusieurs pathogenèses cochléaires provoquant des troubles de l'oreille interne. Des thérapies antioxydantes peuvent être utilisées pour le traitement. Les modèles expérimentaux et les données des études humaines soutiennent l'influence du stress oxydatif dans les troubles de l'oreille interne principalement en signalant des voies qui produisent des dommages cellulaires et la mort cellulaire. L'effet des antioxydants doit encore être vérifié.
  • Mécanismes des dommages aux cellules neurosensorielles, de la mort et de la survie dans la cochlée (Wong et Ryan, 2015) [États-Unis] : La plupart des cas de perte auditive acquise sont causés par des dommages irréversibles des tissus neurosensoriels de la cochlée. Les mécanismes intracellulaires et les voies de signalisation de survie participent aux lésions neurosensorielles. Les antioxydants, les antiapoptotiques et les médicaments inhibiteurs de cytokines montrent des progrès mais auront besoin d'un soutien supplémentaire avec un traitement fondé sur des preuves.
  • Mécanismes cellulaires de la perte auditive induite par le bruit (Kurabi et al., 2017) [États-Unis] : des sons ou des bruits intenses peuvent entraîner un décalage temporaire du seuil ou un décalage résiduel permanent du seuil avec des modifications des fonctions nerveuses auditives. La principale cause de NIHL est une lésion des cellules ciliées cochléaires et des pathologies impliquant les synapses. Les dommages aux cellules ciliées génèrent des substrats qui conduisent à la collecte d'espèces réactives de l'oxygène et à l'activation de voies de stress intracellulaires produisant l'apoptose ou la mort cellulaire nécrotique. Les dommages aux neurones cochléaires sont également impliqués dans le NIHL.
  • Une étude complète du stress oxydatif dans la perte auditive soudaine (Gul et al., 2017) [Turquie] : Il existe un déséquilibre oxydatif avec des effets dans la perte auditive neurosensorielle soudaine idiopathique (ISSHL). Les auteurs ont mené une étude avec 50 patients atteints d'ISSHL et 50 participants en bonne santé mesurant les niveaux de statut oxydant total (TOS), le statut antioxydant total, la paraoxonase et le thiol/disulfure dans le sang périphérique. De plus, ils ont calculé un indice global de stress oxydatif. Ils ont évalué la relation entre les marqueurs oxydatifs et la gravité du LH. Les patients atteints d'ISSHL avaient des niveaux de TOS plus élevés que les témoins et un indice d'oxydation plus élevé. Il n'y avait pas de relation significative entre les marqueurs oxydatifs et la sévérité du LH. Le disulfure et le TOS ont montré une association avec l'ISSHL selon le modèle de régression logistique binaire. Les résultats ont démontré un dysfonctionnement endothélial dans l'ISSHL et des modifications des oxydants et des antioxydants dans le stress oxydatif. Les chercheurs ont conclu qu'il existe une association entre l'ISSHL et le stress oxydatif selon laquelle une diminution de l'oxygène peut endommager l'endothélium par un dysfonctionnement impliquant la microcirculation de l'oreille interne.
  • Interventions thérapeutiques émergentes contre le NIHL (Sha et Schacht, 2017) [États-Unis] : le NIHL est l'une des principales causes du LH, également notamment évitable. Elle affecte la qualité de vie principalement dans la population entre 20 et 69 ans avec un coût économique important pour la société. Les auteurs ont présenté une revue des modèles animaux et humains. Ces études ont conduit à des thérapies actuellement testées dans des essais, soulignant la nécessité de poursuivre les travaux pour améliorer les thérapies protectrices.

Conclusion

Depuis que la théorie des radicaux libres modifiant le cycle cellulaire a émergé, elle a été utilisée pour expliquer plusieurs problèmes liés aux maladies humaines. Cette théorie a été utilisée pour proposer une explication de l'impact des bruits forts sur notre audition. La caractéristique la plus pertinente de cette idée est que la production de substrats oxydants peut endommager les cellules ciliées, qui sont incapables de se régénérer une fois mortes, que ce soit par les voies de l'apoptose ou de la nécrose. Néanmoins, des recherches et des informations supplémentaires sont nécessaires pour appliquer ces connaissances à des thérapies utiles pour prévenir la NIHL.

Les revues et les études montrent que des recherches et des données sur la relation entre le stress oxydatif et le NIHL ont été menées au cours des cinq dernières années. Tous ont été pris en charge en référençant une ressource récente. Des arguments sont présentés encourageant l'idée d'une lésion de l'oreille interne par un déséquilibre de la production d'oxydants et d'antioxydants. Il n'y avait qu'une seule étude expérimentale, les autres analysaient les informations déjà disponibles sur la façon dont les radicaux libres peuvent endommager les cellules ciliées, entraînant une déficience auditive.

En fait, toutes ces observations scientifiques renforcent la théorie d'une disproportion de la production de substrats oxydants et antioxydants chez les patients vulnérables avec une exposition importante aux bruits forts pour finir par montrer une perte auditive.

Les références:

1. American Academy of Otolaryngology–Chirurgie de la tête et du cou. (2017) Protection contre le bruit et l'audition, Académie américaine d'oto-rhino-laryngologie – Chirurgie de la tête et du cou. Disponible à:
http://www.entnet.org/content/noise-and-hearing-protection.

2. American Hearing Research Foundation (2012) « Perte auditive induite par le bruit ». Disponible à:
http://american-hearing.org/disorders/noise-induit-hearing-loss/.

3. American Speech Language Hearing Association (2016) Qu'est-ce que la perte auditive. Disponible à:
http://www.asha.org/public/hearing/What-is-Hearing-Loss/.

4. Brownell, W.E. et al. (2018) « Comment fonctionne l'oreille », Baylor College of Medicine. Disponible sur : https://www.bcm.edu/healthcare/care-centers/center-hearing-balance/hearing-center/how-ear-works.

5. Encyclopédie Britannica (1997) « Orgue de Corti », Britannica. Disponible sur : https://www.britannica.com/science/organ-of-Corti.

6. Graham et John M. Baguley, D. M. (2009) La surdité de Ballantyne. 7e édition. Edité par John Wiley & Sons.

7. Gul, F. et al. (2017) « Une étude complète du stress oxydatif dans la perte auditive soudaine », Archives européennes d'oto-rhino-laryngologie. Springer Berlin Heidelberg, 274(3), p. 1301-1308. doi: 10.1007/s00405-016-4301-1.

8. Haggard, M. (1982) Audition: Introduction à l'acoustique psychologique et physiologique, Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry. doi: 10.1136/jnnp.45.12.1175-b.

9. Hu, B. H. et Henderson, D. (2014) « Stress oxydatif et dommages cochléaires », pp. 3561–3580. doi : 10.1007/978-3-642-30018-9.

10. Kari, E., Wilkinson, E. P. et Woodson, E. (2013) « Encyclopedia of Otolaryngology, Head and Neck Surgery », Encyclopedia of Otolaryngology, Head and Neck Surgery, pp. 2551-2559. doi : 10.1007/978-3-642-23499-6.

11. Krug, E. et al. (2015) « Perte auditive due à une exposition récréative à des sons forts : une revue. », Données de catalogage avant publication de la bibliothèque de l'OMS. Disponible à:
http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/154589/1/9789241508513_eng.pdf.

12. Kurabi, A. et al. (2017) « Mécanismes cellulaires de la perte auditive induite par le bruit », Hearing Research. Elsevier B.V, 349, p. 129-137. doi: 10.1016/j.heares.2016.11.013.

13. Lonsbury-Martin, B. L. et Martin, G. K. (2010) « Perte auditive induite par le bruit », Cummings Otolaryngology – Head and Neck Surgery, 2011, pp. 2140–2152. doi: 10.1016/B978-0-323-05283-2.00152-X.

14. Mala, T. (2006) « Revue des neurosciences cliniques et fonctionnelles », 15, pp. 9-17. Disponible à:
http://www.dartmouth.edu/

15. Møller, A. (2013) Audition : anatomie, physiologie et troubles du système auditif, Audition : anatomie, physiologie et troubles du système auditif. doi: 10.1111/j.1532-5415.2011.03444.x.

16. Neeraj N, M., Vardhman, M. et Guru Gobind, S. I. (2012) « Perte auditive induite par le bruit », Noise and Health, 14(61), p. 274. doi : 10.4103/1463-1741.104893.

17. Owen, A. (2003a) Mécanotransduction, Université du Sussex. Disponible sur : http://www.lifesci.sussex.ac.uk/research/hair cell.org/Alan_Owen/EDUCATIONPAGE/Education_files/mechanotransduction/mechatrans_frame.htm.

18. Owen, A. (2003b) « L'organe de Corti et les cellules ciliées auditives », Université du Sussex, (1), pp. 0-2. Disponible sur : http://www.lifesci.sussex.ac.uk/research/hair cell.org/Alan_Owen/EDUCATIONPAGE/Education_files/Cochlea_files/Cochlear_cells/CochlearCells_frame.htm.

19. De Sebastián, G. (1999) Audiologia Práctica. 5a édition. Éditorial Medica Panamericana.

20. Sha, S.-H. Et Schacht, J. (2017) « Interventions thérapeutiques émergentes contre la perte auditive induite par le bruit », Opinion d'expert sur les médicaments expérimentaux, 26(1), pp. 85-96. doi: 10.1080/13543784.2017.1269171.

21. L'Université ouverte (2017) « Audience ». Disponible sur : http://www.open.edu/openlearn/science-maths-technology/science/biology/hearing/content-section-0?LKCAMPAIGN=ebook_MEDIA=ol.

22. Université du Texas (2014) Effet des bruits forts sur le cerveau révélé dans une étude. Disponible sur : www.sciencedaily.com/releases/2014/07/140731102524.htm.

23. Centre des médias de l'OMS (2014) OMS | Surdité et perte auditive, Organisation mondiale de la santé. doi : /entity/mediacentre/factsheets/fs300/en/index.html.

24. Wong, A. C. Y. et Ryan, A. F. (2015) « Mechanisms of sensorineural cell damage, death and survival in the cochlea », Frontiers in Aging Neuroscience, 7(APR), pp. 1-15. doi: 10.3389/fnagi.2015.00058.


Voir la vidéo: #192 comment nettoyer notre CERVEAU (Février 2023).