Informations

La graisse sur notre cœur vient-elle de la graisse que nous mangeons ?

La graisse sur notre cœur vient-elle de la graisse que nous mangeons ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Si nous mangeons gras :

La graisse va-t-elle dans le cœur, les artères et les cellules graisseuses.

OU

La graisse est-elle digérée, après quoi notre corps crée de la graisse qui va dans le cœur, les artères et les cellules graisseuses.

Lequel a raison ?


La graisse est, en termes moléculaires, le triacylglycérol. Afin d'être absorbées dans l'intestin grêle, les molécules de triacylglycérol sont décomposées par les lipases en acides gras et monoacylglycérols. Une fois que ceux-ci ont traversé la membrane des entérocytes, ils sont réassemblés en triacylglycérols et emballés dans une classe spéciale de particules lipoprotéiques, un chylomicron, qui pénètre dans la circulation sanguine via le système lymphatique.

Les triacylglycérols contenus dans les chylomicrons peuvent ensuite circuler dans le système des lipoprotéines (LDL, VLDL, etc.) et peuvent se retrouver à peu près n'importe où, y compris les cellules adipeuses (adipocytes) ou ils peuvent être métabolisés sous forme de molécules de carburant.

Ainsi, en raison de cette étape digestive initiale, je dirais qu'une seule molécule de graisse alimentaire intacte ne peut pas devenir directement un composant corporel, mais le métabolisme complet des composants de la molécule de graisse n'est pas nécessaire pour que ceux-ci contribuent à la graisse corporelle.


Les graisses sont digérées comme n'importe quel autre aliment que vous consommez, et l'énergie que vous ne dépensez pas finit par devenir une réserve d'énergie sous forme de cellules graisseuses.

Donc, la deuxième affirmation est juste.


Vos mensonges sur la santé cardiaque – éclatés !

Les mensonges sur la santé que vous vous dites peuvent avoir un impact sur votre risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.

Les petits mensonges blancs ne sont pas si mauvais quand, disons, votre belle-mère vous offre un pull génial pour votre anniversaire. Mais avec vos habitudes de santé, l'honnêteté est vraiment la meilleure politique. C'est parce que les petits mensonges que vous vous dites peuvent mettre votre santé en danger. Pour garder votre ticker sur la bonne voie, voici un autocontrôle. L'un de ces mythes courants liés aux maladies cardiaques vous semble-t-il familier ?

Vous vous dites : « Mon ‘mauvais’ LDL est élevé. Mais mon « bon » HDL l’est aussi, donc je n’ai pas à m’inquiéter. »

Vérification de la réalité: Vous n'êtes pas sorti du bois simplement parce que le cholestérol supposé meilleur est élevé en même temps que le mauvais. Un HDL élevé (60 ou plus) ne remplace pas un LDL élevé (160 ou plus). "Il y a environ une décennie, nous pensions que tant que votre HDL était élevé, vous étiez à l'épreuve des balles", explique Howard Weintraub, MD, professeur clinique et directeur du Center for the Prevention of Cardiovascular Disease de NYU Langone Health à New York. De nouvelles études génétiques, comme celle publiée en mars 2018 dans la revue Circulation, a découvert qu'il est possible d'avoir un HDL élevé et un risque accru de maladie cardiaque.

« Le HDL est censé fonctionner comme un camion à ordures », explique le Dr Weintraub, qui n'a pas participé à l'étude. Dans votre circulation sanguine, il capte le mauvais cholestérol, le LDL, et le dépose dans le foie. Le foie le délivre ensuite dans l'intestin, où il est excrété de votre corps, un processus connu sous le nom de transport inverse du cholestérol, selon des recherches antérieures. Mais génétiquement, certaines personnes peuvent avoir beaucoup de HDL à bord qui ne fonctionnent pas bien, ou au contraire, un faible HDL qui fonctionne très bien, dit Weintraub.

Bottom line: High HDL n'est pas une panacée. Si l'un de vos taux de cholestérol ne se situe pas dans les niveaux optimaux recommandés par les National Institutes of Health, travaillez avec votre médecin pour les corriger.

Chiffres sur lesquels se concentrer particulièrement, selon Weintraub : Votre cholestérol total, qui est calculé en additionnant vos taux de cholestérol HDL et LDL et 20 % du taux de triglycérides. L'optimum est inférieur à 200 pour le cholestérol total et inférieur à 100 LDL.

Vous vous dites : « Les statines ont beaucoup d'effets secondaires, donc je ne vais pas les prendre.

Vérification de la réalité: Les statines peuvent avoir des effets secondaires. Les douleurs musculaires sont les plus courantes. « Des études montrent que des douleurs musculaires surviennent chez 7 à 15 % des personnes qui prennent des statines », explique Weintraub. Mais les douleurs musculaires ne mettent pas la vie en danger, comme peuvent l'être une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, qui peuvent résulter d'un taux de cholestérol LDL élevé incontrôlé.

En abaissant le cholestérol LDL, il a été démontré que les statines préviennent la mort, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et la nécessité d'une chirurgie vasculaire pour débloquer les artères. "Les statines ont été l'un des médicaments les plus miraculeux des dernières décennies", a déclaré Weintraub.

De plus, vous avez des options. Si vous développez un effet secondaire à une statine, demandez à votre médecin d'en essayer une autre pour voir si elle est plus facile à tolérer. N'oubliez pas non plus que certaines statines ont une action prolongée. Si vous ne les prenez que deux à trois fois par semaine (consultez d'abord votre médecin), vous pourriez toujours obtenir l'avantage de réduire votre LDL tout en minimisant la possibilité de douleurs musculaires, dit Weintraub.

Vous vous dites : « Je fais du sport pour pouvoir manger tout ce que je veux. »

Vérification de la réalité: S’entraîner régulièrement ne l’emporte pas sur un régime qui n’est pas sain pour le cœur – un régime riche en aliments riches en graisses saturées obstruant les artères, comme le fromage, la crème glacée, la viande rouge grasse et le beurre. "Si vous mettez suffisamment de graisses saturées à l'intérieur de vous, même si vous faites de l'exercice, une partie va se retrouver dans vos artères", explique Weintraub.

Weintraub recommande de faire de l'exercice pendant 40 minutes quatre fois par semaine et manger une alimentation saine pour le cœur.

"Le meilleur régime est le régime méditerranéen", explique Weintraub, qui comprend beaucoup de poisson, de poulet, de légumes, de haricots et d'huile d'olive, ainsi que de la viande rouge et de l'alcool. "C'est le seul régime dont il a été prouvé qu'il sauve des vies en réduisant les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux." Une étude publiée en avril 2013 dans Le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre, par exemple, a découvert que le régime méditerranéen réduisait le risque de maladie cardiovasculaire de 30 pour cent.

Vous vous dites : "J'évite les œufs parce que le cholestérol est mauvais pour mon cœur."

Vérification de la réalité: Le cholestérol dans les aliments n'augmente pas le cholestérol sérique (le cholestérol dans votre sang). La version la plus récente des directives diététiques américaines en témoigne. En effet, une étude publiée le 7 mai 2018, dans Le Journal Américain de Nutrition Clinique ont découvert que manger jusqu'à 12 œufs par semaine n'augmentait pas le risque de maladie cardiaque chez les personnes à risque accru – celles atteintes de prédiabète ou de diabète de type 2.

Mais un œuf contient environ 2 grammes (g) de graisses saturées, ce qui peut augmenter le cholestérol LDL. Pourtant, « ce sont nos habitudes alimentaires qui contribuent à notre santé globale », déclare Angela Lemond, RD, porte-parole de l'American Academy of Nutrition and Dietetics. "Il n'y a pas un seul nutriment qui va sauver ou ruiner votre santé." Dans une alimentation globalement équilibrée, 2 g de graisses saturées, ce n'est pas beaucoup, surtout compte tenu de ce que les œufs apportent à la table.

Les œufs sont un moyen peu coûteux et rapide d'obtenir des protéines dans votre petit-déjeuner et ils sont riches en lutéine, un acide aminé qui aide à minimiser la sarcopénie et la perte musculaire liée à l'âge. Les jaunes d'œufs regorgent également de vitamines et de minéraux qui peuvent être bénéfiques pour la santé cardiaque, tels que l'acide folique et le magnésium. "C'est un vieux conseil de ne manger que des blancs d'œufs, même si vous avez une maladie cardiaque. Vous retirez presque toute la nutrition de l'œuf lorsque vous le faites », explique Lemond.

Si vous avez un taux de cholestérol LDL élevé, Lemond suggère d'intégrer des œufs dans votre alimentation en tenant compte de votre alimentation globale, pour maintenir votre graisse saturée globale à moins de 7 pour cent de vos calories totales (c'est 140 calories de graisses saturées par jour sur un régime quotidien de 2 000 calories) . Si vous n'avez pas de maladie cardiaque, jusqu'à 10 pour cent de vos calories quotidiennes totales peuvent provenir de graisses saturées.

Vous vous dites : "La viande rouge n'est pas bonne pour le cœur, donc je ne vais jamais la manger."

Vérification de la réalité: La viande rouge extra-maigre est bonne pour le cœur. "Il y a de la place dans votre alimentation pour la viande rouge extra-maigre si vous choisissez de la manger", dit Lemond. Les coupes de bœuf extra-maigre - celles qui portent la marque Heart-Check de l'American Heart Association (vérifiez l'étiquette) - sont maigres de 96 à 97 pour cent et ne contiennent que 2 g ou moins de graisses saturées par portion. La viande rouge extra-maigre est une bonne source de protéines et de fer hémique, qui est facilement absorbé par l'organisme.

Si vous voulez manger de la viande rouge, Lemond suggère de choisir des coupes extra-maigres et de garder la taille des portions de 3 à 4 onces par portion, tout en gardant à l'esprit la situation dans son ensemble. "Si vous avez deux œufs le matin qui fournissent 4 g de graisses saturées et une portion de 3 onces de viande rouge extra-maigre au déjeuner ou au dîner, ce ne sera pas grave", dit-elle.


Facteur de graisse

Qu'est-ce que la graisse au juste et comment ça marche? Le verdict n'est pas encore tombé. Mais voici ce que la dernière étude a révélé.

La graisse peut produire des protéines inflammatoires et réduire les niveaux de protéines anti-inflammatoires, selon l'étude. Cela peut préparer le terrain pour le syndrome métabolique, le syndrome métabolique, un groupe de facteurs de risque liés à un risque plus élevé de maladie cardiaque et de diabète.

A continué

Les symptômes du syndrome métabolique comprennent un excès de graisse corporelle (en particulier autour de la taille), une pression artérielle élevée, un taux élevé de triglycérides (graisses sanguines), de faibles taux de cholestérol HDL (« bon ») et une augmentation du taux de sucre dans le sang. Au moins trois de ces symptômes sont nécessaires au diagnostic.

Les détails de la connexion graisse-inflammation ne sont pas encore clairs. Pendant ce temps, l'étude suggère qu'il y a plus dans la graisse que ce que révèlent les balances et les miroirs.

La petite étude offre un aperçu de la graisse du ventre et de l'inflammation. Les participantes étaient 20 femmes ménopausées obèses ou en surpoids âgées de 50 à 70 ans. Une grande partie de leur excès de graisse se trouvait dans la taille et le ventre.

Les chercheurs se sont concentrés sur plusieurs protéines dérivées des graisses et du sang qui provoquent ou freinent l'inflammation.

Une graisse abdominale plus élevée s'accompagnait de niveaux inférieurs de l'hormone leptine, qui est censée diminuer l'appétit. Les femmes avaient également des niveaux inférieurs d'adiponectine, qui combat l'inflammation.

Des niveaux plus élevés de protéines inflammatoires étaient liés à des niveaux accrus de sucre dans le sang - un signe de résistance à l'insuline.

D'un autre côté, des niveaux plus élevés de protéines anti-inflammatoires se sont accompagnés d'une meilleure capacité à gérer la glycémie.


L'état de la maladie CV : Une plongée plus profonde

Si votre médecin décide que votre mauvais cholestérol doit être encore plus bas que ce qui peut être obtenu avec un traitement aux statines, on peut vous prescrire un inhibiteur de PCSK9. 13,14 Ce type de thérapie de réduction du LDL-C existe depuis 2015 et en 2019, les inhibiteurs de PCSK9 ont été approuvés par la FDA pour réduire le risque de certains événements CV. 16,17

Les maladies cardiovasculaires (CV) coûtent des vies, beaucoup d'entre elles. Ne pas gérer correctement la santé de votre CV a des implications au-delà de votre portefeuille.

Lors de la prise de traitements sans bénéfice CV prouvé (comme les suppléments d'huile de poisson, les fénofibrates et la niacine), le prix ultime est notre santé.

Ce coût pour la santé augmente à mesure que la maladie non traitée nécessite une hospitalisation et a un impact sur notre qualité de vie.

Mais il y a toujours des coûts monétaires impliqués dans la gestion et le traitement de toute condition.
Décomposons combien nous dépensons aux États-Unis pour les maladies CV par an 2 :

Frais médicaux (SERVICES MÉDICAUX ET SOINS DE SUIVI)
Coûts indirects (perte de productivité au travail et à la maison)
Somme finale:

D'ici 2035, ce prix choquant devrait atteindre
1,1 billion de dollars 2

Des chiffres qui ne sont pas si élevés ? Le montant dépensé pour
Recherche sur les maladies CV.

L'Institut national de la santé (NIH) n'investit que 4 % de son budget pour la recherche sur les maladies cardiaques, 1 % sur la recherche sur l'AVC et 2 % sur d'autres recherches sur les maladies CV. 2

Nous réalisons également moins de progrès médicaux pour les maladies cardiovasculaires par rapport à d'autres domaines pathologiques, tels que le cancer. En 2017, près de 7 fois plus de médicaments ont été développés pour le cancer que pour les maladies CV. Un seul nouveau médicament CV a été approuvé en 2017. Compte tenu du nombre de vies que la maladie CV affecte, imaginez l'impact que chaque nouvelle avancée pourrait avoir. 18

Vous pensez que le cancer est la principale cause de décès ? Détrompez-vous.

Les maladies cardiovasculaires (CV) ont été la première cause de décès aux États-Unis depuis 1920. 2

Le cancer vient en deuxième position derrière ce tueur silencieux. 19 Chose intéressante, la maladie CV ne fait toujours pas la une des journaux. Depuis le milieu des années 1980, le nombre de campagnes liées à la santé cardiaque a diminué. 20

Une étude de 2018 a examiné la New York Times couverture des 10 principales causes de décès.

Parmi ces principales causes, les maladies cardiaques n'ont reçu que 2,5 % de la couverture, tandis que le cancer a reçu 13,5%. 21

Les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire (CV) comprennent un taux de cholestérol élevé, un taux élevé de triglycérides, le diabète et l'hypertension artérielle. Les autres facteurs qui contribuent au risque CV sont : les antécédents familiaux d'événements CV le tabagisme le surpoids/l'obésité le régime alimentaire et l'exercice. 22

Les maladies cardiaques sont la principale cause de décès chez les femmes aux États-Unis, responsables de presque autant de décès de femmes que d'hommes. Pourtant, c'est une idée fausse commune que les maladies cardiaques sont plus fréquentes chez les hommes. 4

Plus vos facteurs de risque de maladie cardiovasculaire sont importants, plus votre risque d'accumulation de plaque est grand. 22 Et à mesure que la plaque s'accumule dans vos artères (en termes médicaux, l'athérosclérose), vous êtes plus susceptible de subir un événement CV mettant votre vie en danger. 23

Voici comment la plaque se forme en 3 étapes :

Certains facteurs nous exposent à un risque d'accumulation de plaque dans les artères. Ces facteurs de risque peuvent inclure, sans s'y limiter, un taux de cholestérol élevé, des triglycérides élevés, le diabète et l'hypertension artérielle. 23

Au fil du temps, ces facteurs de risque endommagent la paroi des vaisseaux sanguins (en termes médicaux, les cellules endothéliales), provoquant une inflammation. 24

L'inflammation envoie des signaux pour démarrer la 2ème étape : la croissance de la plaque. La plaque se développe à des rythmes différents et dans différentes artères du corps pour tout le monde. C'est souvent un processus lent et graduel sans symptômes que vous pouvez ressentir. 23-25

Au fur et à mesure que l'accumulation de plaque se poursuit, le risque de subir un événement CV augmente. Si la plaque s'ouvre et se rompt, le corps essaiera de se réparer. Cependant, ce processus de réparation provoque la formation de blocages. 23

Lorsqu'une artère est complètement bloquée, le flux sanguin est restreint. Le flux sanguin bloqué vers le cœur provoque une crise cardiaque. Le flux sanguin bloqué vers le cerveau provoque un accident vasculaire cérébral. 26,27

Une alimentation saine pour le cœur peut aider à contrôler les facteurs de risque et à freiner la croissance de la plaque .

Voici quelques aliments à considérer 23 :

  • Des viandes maigres
  • Volaille sans peau
  • Fruit de mer
  • Lait et produits laitiers écrémés ou écrémés

Il est préférable de garder votre alimentation faible en sodium, en sucre ajouté, en graisses solides et en céréales raffinées.

Les triglycérides jouent un rôle important dans la santé cardiaque. Mais d'abord, commençons par comprendre : que sont les triglycérides ?

Les triglycérides stockent les calories inutilisées pour donner de l'énergie à votre corps et sont le type de graisse le plus courant dans le corps. Ils proviennent d'aliments que vous mangez tels que le beurre, les huiles et autres graisses. Votre corps peut également fabriquer des triglycérides à partir des calories supplémentaires que vous consommez, telles que les glucides, les sucres et l'alcool. 28,29

En quantités plus élevées, ils peuvent être nocifs. En fait, si vos triglycérides sont même modérément élevés (> 150 mg/dL), vous courez un plus grand risque de maladie cardiaque ou d'événement cardiovasculaire. 28 Cependant, il n'a pas été prouvé que la réduction des triglycérides avec des médicaments tels que les fénofibrates et la niacine ou des mélanges d'oméga-3 sur ordonnance contenant du DHA réduisait ce risque lorsqu'ils étaient ajoutés aux statines. 30,31

Lorsque vos triglycérides dépassent 500 mg/dL, vous courez un risque plus élevé de développer une maladie grave appelée pancréatite. 32

CONNAISSEZ VOS NIVEAUX DE TRIGLYCÉRIDES

Il se peut que vous ne ressentiez aucun symptôme d'hypertriglycérides, il est donc important de consulter votre médecin pour des analyses de sang de routine.

Les lignes directrices pour les niveaux de triglycérides sont 28 :

  • Très élevé : 500 mg/dL et plus
  • Élevé : 200 à 499 mg/dL
  • Élevé limite : 150 à 199 mg/dL
  • Normal : moins de 150 mg/dL

Si vos triglycérides sont à la limite de l'élévation, vous courez un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire. Travaillez avec votre médecin sur un plan éprouvé pour réduire votre risque. 28

Qu'est-ce qui cause des triglycérides ÉLEVÉS?

Il existe de nombreuses causes de taux élevés de triglycérides, dont 28, 33 :

  • Régime alimentaire - Ce que vous mangez et buvez affecte votre taux de triglycérides, en particulier l'alcool et les glucides transformés
  • Manque d'exercice - Ne pas brûler autant de calories que vous en absorbez peut avoir un impact sur vos triglycérides
  • Conditions médicales - Les conditions de santé, telles que le diabète, modifient la façon dont votre corps traite les aliments
  • Médicaments spécifiques — Médicaments, y compris les comprimés d'œstrogènes et les médicaments contre l'hypertension
  • Génétique - Les personnes ayant des antécédents familiaux de triglycérides élevés peuvent être plus susceptibles de les développer

Demandez à votre médecin sur les thérapies approuvées par la FDA pour la réduction du risque CV aujourd'hui .

Vous partez maintenant
TruetoYourHeart.com

Vous serez dirigé vers un autre site Web Amarin pour en savoir plus sur un traitement cardiovasculaire sur ordonnance.

Vous partez maintenant
TruetoYourHeart.com

Vous serez dirigé vers un autre Amarin
site Web pour en savoir plus sur une ordonnance
traitement cardiovasculaire.

Vous partez maintenant
TruetoYourHeart.com

Vous serez dirigé vers un autre Amarin
site Web pour en savoir plus sur une ordonnance
traitement cardiovasculaire.

Le logo Amarin est une marque déposée du groupe de sociétés Amarin. Toutes les autres marques sont la propriété de leurs sociétés respectives.

© 2021 Amarin Pharma, Inc. Bridgewater, NJ, États-Unis.
Tous les droits sont réservés.
Contactez-nous : 1-855-CVTRUTH
Le groupe de sociétés Amarin n'est pas responsable du matériel contenu sur d'autres sites Web non contrôlés par Amarin ou d'autres sites de médias sociaux.
AMRN-00373v5 21/04


Bien manger pour votre cœur

Les aliments que vous mangez ont un impact direct sur votre santé cardiovasculaire. Améliorer votre alimentation peut vous aider à gérer les problèmes de santé actuels, tels que l'hypercholestérolémie, la tension artérielle et la glycémie, et peut également aider à prévenir de futurs problèmes de santé.

Qu'est-ce qu'une alimentation saine pour le cœur?

  • Riche en acides gras oméga-3, présents dans de nombreux poissons, en particulier le saumon
  • Riche en fruits et en légumes verts, rouges et oranges
  • Faible en gras saturés et en gras trans
  • Faible en sucre
  • Faible en alcool ou sans alcool
  • Équilibré en calories pour soutenir un poids santé

Quelle est la différence entre les graisses saines et les graisses malsaines ?

Les gras saturés et trans peuvent être particulièrement nocifs pour votre cœur et vos artères. Une alimentation saine pour le cœur est faible en ces graisses nocives, mais comprend des quantités modérées de graisses saines. Les graisses mono et polyinsaturées, en particulier les graisses oméga-3, sont bonnes pour votre cœur.

En ce qui concerne votre poids, toutes les graisses sont également riches en calories. Quand il s'agit de votre cœur, certaines graisses sont mauvaises et d'autres bonnes.

Pourquoi les graisses saturées sont-elles si mauvaises pour moi ?

Les graisses saturées sont malsaines principalement parce qu'elles augmentent les taux sanguins de lipoprotéines de basse densité (LDL), le soi-disant « mauvais » cholestérol. Pas plus de 7 % de vos calories par jour ne devraient provenir de graisses saturées. Pour une personne mangeant 2 000 calories par jour, cela représente 16 grammes de graisses saturées, l'équivalent de moins de 3 onces de fromage.

Pour diminuer votre consommation de graisses saturées, réduisez la viande, le fromage, le beurre et la crème. Passez plutôt à des graisses végétales. Par exemple, ajoutez du guacamole au lieu du fromage à vos tacos. Étalez du beurre de cacahuète et du beurre de cacahuète en particulier du beurre de cacahuète naturel au lieu du beurre sur vos toasts. Faire sauter les légumes dans une cuillère à café d'huile au lieu d'une noix de beurre.

Pourquoi les gras trans sont-ils si mauvais pour moi ?

Les gras trans, que l'on trouve couramment dans les aliments frits ou les aliments à base d'huiles partiellement hydrogénées, sont particulièrement nocifs car ils augmentent le cholestérol LDL et diminuent également le « bon cholestérol », les lipoprotéines de haute densité (HDL). Il n'y a pas de niveau recommandé de gras trans, car toute quantité peut être nocive.

Heureusement, les étiquettes de valeur nutritive sur les aliments emballés doivent maintenant indiquer la teneur en gras trans. Lisez les étiquettes et évitez les aliments contenant des gras trans.

Solide à température ambiante

Liquide à température ambiante

Graisses animales (graisses saturées)

Viandes, crème, beurre, saindoux, fromage, peau de poulet

Huiles d'olive, de carthame, de canola, de tournesol, de soja, d'arachide

Huiles partiellement hydrogénées (gras trans)

Stick margarines, shortening, restauration rapide, aliments transformés

Saumon, maquereau, truite, sardines, anchois, graines de lin, noix, soja et huiles de canola

Combien de graisses saines dois-je avoir dans mon alimentation ?

La recherche suggère qu'une alimentation saine pour le cœur peut fournir jusqu'à 35 pour cent de ses calories à partir des graisses, tant que les graisses sont principalement mono- et polyinsaturées. Pour un régime de 2 000 calories, cela représente un maximum de 78 grammes de matières grasses.

Les graisses insaturées proviennent principalement de sources végétales, comme indiqué dans le tableau ci-dessus. Une exception est la graisse oméga-3 de plus en plus célèbre, qui se trouve dans les concentrations les plus élevées dans les poissons gras, comme le saumon.

Les acides gras oméga-3, sous forme d'acide docosahexaénoïque (DHA) et d'acide eicosapentaénoïque (EPA), sont à l'étude pour savoir exactement comment ils sont bénéfiques pour la santé. Jusqu'à présent, les preuves sont les plus solides pour la capacité des graisses oméga-3 à abaisser la tension artérielle et à diminuer les taux sanguins de triglycérides. Au Centre de soins cardiovasculaires et de prévention de l'UCSF, nous vous recommandons de manger du poisson fréquemment et au moins deux fois par semaine.

Pour les non-mangeurs de poisson, un supplément d'huile de poisson peut être approprié. Jusqu'à trois grammes par jour d'EPA et de DHA combinés sont probablement sans danger pour la plupart des gens, mais, comme pour tous les suppléments, assurez-vous de consulter votre médecin avant de commencer à le prendre. Nous vous recommandons également de visiter le site Web du Fonds de défense de l'environnement, qui évalue la sécurité de nombreuses marques de suppléments d'huile de poisson.

  • Mangez du poisson gras au moins deux fois par semaine. Si vous ne mangez pas de poisson, pensez à ajouter un supplément d'huile de poisson fournissant jusqu'à trois grammes par jour d'EPA et de DHA combinés. Consultez d'abord votre médecin et étudiez la qualité du supplément que vous envisagez de prendre.
  • Incluez également des noix et des graines de lin moulues, qui sont de bonnes sources végétariennes d'acides gras oméga-3, dans votre alimentation aussi souvent que possible.

N'oubliez pas que toutes les graisses sont riches en calories, donc si votre objectif est de perdre du poids, ne vous déchaînez pas, même avec des aliments sains, comme le saumon et les noix. Un filet d'huile sur votre salade, quelques noix sur votre gruau ou un petit filet de poisson gras garni d'une cuillerée d'avocat en dés est suffisant pour la plupart des gens.

En plus des recommandations en matière de graisses alimentaires ci-dessus, nous vous recommandons de limiter votre consommation de cholestérol. Le cholestérol est le plus concentré dans les viandes, les jaunes d'œufs, les abats, les crevettes et les calmars, mais il est présent dans tous les produits d'origine animale. Une portion raisonnable de viande maigre est de la même taille que la paume de votre main. Si vous avez un risque élevé de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral, limitez ces aliments riches en cholestérol à une fois par semaine.

Quelle quantité de sodium ou de sel dois-je avoir dans mon alimentation ?

Réduire le sodium est l'une des meilleures choses que vous puissiez faire pour votre cœur. L'Américain moyen mange environ 4 000 milligrammes de sodium par jour. C'est le double de la quantité recommandée.

La sensibilité au sodium varie d'une personne à l'autre, mais en général, une diminution de l'apport en sodium peut aider les personnes souffrant d'hypertension en diminuant considérablement leur tension artérielle. Il peut également prévenir ou retarder l'hypertension artérielle qui apparaît généralement chez les personnes ayant une pression artérielle normale à mesure qu'elles vieillissent.

Essayez de ne pas consommer plus de 2 300 milligrammes de sodium par jour. Certaines personnes, y compris les Afro-Américains, les adultes d'âge moyen et plus âgés et les personnes souffrant d'hypertension artérielle, devraient viser moins de 1 500 milligrammes par jour. Cela équivaut à une simple 1/2 à 1 cuillère à café de sel de table.

Comment puis-je diminuer la quantité de sodium dans mon alimentation?

  • Évitez la salière et les condiments salés comme les sauces, les cornichons, la relish, les câpres et les olives.
  • Méfiez-vous des principaux coupables de sodium et des aliments emballés et transformés. Mangez des aliments étiquetés « faible teneur en sodium », « à teneur réduite en sodium » ou « à faible teneur en sodium ». Dans la mesure du possible, choisissez des aliments qui fournissent 5 % ou moins de la valeur quotidienne de sodium par portion.
  • Les soupes en conserve, les viandes transformées (Francfort, saucisses, pepperoni, dinde de charcuterie ou jambon), les craquelins, les croustilles, les bretzels, les plats surgelés et le jus de tomate en conserve sont particulièrement riches en sodium. Évitez ces aliments et choisissez plutôt des aliments frais comme les fruits, les légumes, les grains entiers et le lait et le yogourt faibles en gras et écrémés.
  • Les aliments au restaurant sont généralement riches en sodium. Mangez moins au restaurant et cuisinez plus souvent à la maison, en assaisonnant les aliments avec des herbes fraîches ou séchées, de l'ail, du gingembre, des jus d'agrumes, un substitut de sel (chlorure de potassium), du poivre ou du vinaigre au lieu du sel. Si vous devez ajouter du sel, faites-le après la cuisson des aliments plutôt que pendant la cuisson, afin de maximiser son impact sur vos papilles.

Pourquoi le sucre est-il mauvais pour mon cœur ?

Le sucre est un terme général utilisé pour décrire les glucides simples (mono- et disaccharides) qui sont soit naturellement présents, soit ajoutés aux aliments pendant la transformation ou à table. Les glucides complexes (polysaccharides) sont communément appelés amidons, et ceux-ci sont décomposés en sucre dans le corps pendant le processus digestif.

Le sucre de table commun &ndash blanc, le sucre cristallisé &ndash est le saccharose. Il est composé d'une molécule de glucose et d'une molécule de fructose, le sucre des fruits.

Le sucre est une menace pour la santé cardiaque pour plusieurs raisons. Premièrement, le sucre augmente la glycémie et stimule la production d'insuline. Ce n'est pas un problème pour les personnes ayant un métabolisme normal, mais cela est gênant pour les personnes atteintes de prédiabète, de diabète ou de syndrome métabolique. Deuxièmement, les aliments riches en sucre sont souvent riches en calories et peuvent entraîner une suralimentation et une prise de poids. Troisièmement, les régimes riches en sucres simples peuvent augmenter les taux sanguins de triglycérides.

Le sucre naturel des fruits est-il sain ?

Une alimentation saine pour le cœur comprend des glucides, et même une petite quantité de sucre et ndash sous la bonne forme et en quantités limitées.

Les sucres naturels sont plus sains que les sucres ajoutés. Une alimentation saine pour le cœur comprend des fruits, des légumes, des céréales, du yogourt et du lait pour certains, qui contiennent tous des sucres naturels. Parce que ces aliments fournissent des vitamines, des minéraux et des glucides importants, la principale source de carburant du corps, ils devraient faire partie intégrante de l'alimentation.

Les sucres ajoutés, cependant, sont présents dans de nombreux aliments transformés que nous consommons. La plus grande source de sucre ajouté pour les Américains sont les boissons gazeuses, mais les boissons aux fruits, les boissons au café sucrées, les pâtisseries, les bonbons, les confitures et gelées, le sirop et de nombreuses céréales prêtes à consommer sont également riches en sucre ajouté. Lisez les étiquettes. Ces aliments sont souvent pauvres en nutriments et devraient être inclus en quantités très limitées ou évités dans une alimentation saine pour le cœur.

L'essentiel : Réduisez les sucreries. Évitez les boissons sucrées. Incluez des glucides sains et des fruits et légumes frais, des noix et des grains entiers, du lait et du yogourt faibles ou écrémés en quantités modérées, consommés tout au long de la journée plutôt qu'en une seule fois. Parlez à un diététicien pour savoir quelle quantité de glucides vous convient le mieux.

Quel effet l'alcool a-t-il sur mon cœur ?

Trop d'alcool n'est pas bon pour le cœur. Une consommation excessive d'alcool peut augmenter les graisses (triglycérides) dans le sang, augmenter la tension artérielle et ajouter des calories supplémentaires qui entraînent une prise de poids.

Avec modération, l'alcool semble avoir un effet bénéfique sur le cœur. L'effet antioxydant possible du vin rouge a été largement médiatisé, mais ses substances potentiellement bénéfiques peuvent être obtenues à partir d'autres aliments, tels que le raisin ou le jus de raisin rouge.

L'alcool peut avoir un effet anticoagulant sur le sang, réduisant la formation de caillots et réduisant le risque de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral. L'aspirine peut aider à réduire la coagulation du sang de la même manière. L'effet bénéfique le plus connu de l'alcool est une augmentation du HDL, le « bon » cholestérol. Cependant, une activité physique régulière et une perte de poids sont d'autres moyens efficaces d'augmenter le cholestérol HDL.

Bien que les études sur les mécanismes potentiels de l'alcool sur le risque cardiovasculaire nécessitent des recherches plus approfondies, pour le moment, nous ne recommandons pas d'ajouter de l'alcool à votre alimentation pour obtenir ces avantages potentiels. Si vous buvez déjà de l'alcool et n'avez aucune raison de l'éviter, comme l'alcoolisme ou des antécédents familiaux d'alcoolisme, limitez-le à une portion par jour pour les femmes et à deux portions par jour pour les hommes. Une portion correspond à 12 onces de bière, quatre onces de vin, 1,5 once de spiritueux à 80 degrés ou une once de spiritueux à 100 degrés.

Quelle quantité de fibres dois-je avoir dans mon alimentation ?

Une alimentation riche en fibres fait partie d'un mode de vie sain pour le cœur. En plus de son rôle dans la santé cardiaque, une alimentation riche en fibres semble réduire le risque de développer le diabète, la maladie diverticulaire, la constipation et le cancer du côlon. Les fibres ralentissent également la digestion, ce qui signifie que les aliments riches en fibres vous aident à vous sentir rassasié, plus longtemps, ce qui peut vous aider à manger moins de calories et à contrôler votre poids.

Les fibres alimentaires sont des matières provenant de cellules végétales qui ne peuvent pas être décomposées par les enzymes du tube digestif humain. Il existe deux types importants de fibres : solubles dans l'eau et insolubles dans l'eau. Chacun a des propriétés et des caractéristiques différentes. Les deux types de fibres sont utiles pour maintenir une bonne digestion et procurer une sensation de satiété, ce qui aide à prévenir la suralimentation et la prise de poids.

Les fibres solubles en particulier diminuent le cholestérol sanguin. Les fruits, les légumes, les légumineuses (haricots secs, lentilles, pois), l'orge, l'avoine et le son d'avoine sont de bonnes sources de fibres solubles.

L'apport total en fibres alimentaires doit être d'au moins 25 à 30 grammes par jour provenant des aliments, et non des suppléments. À l'heure actuelle, l'apport en fibres alimentaires chez les adultes aux États-Unis est en moyenne d'environ 15 grammes par jour. C'est environ la moitié de la quantité recommandée.

Comment puis-je augmenter la quantité de fibres dans mon alimentation ?

Fruits et légumes

  • Mangez au moins cinq portions de fruits et légumes chaque jour. Les fruits frais sont légèrement plus riches en fibres que les fruits en conserve. Mangez la peau autant que possible et c'est plus facile que de la peler ou de manger autour.
  • Prenez des fruits frais pour le dessert.
  • Mangez des fruits entiers au lieu de boire des jus. Les jus n'ont pas de fibres.
  • Ajoutez des fruits secs hachés à vos biscuits, muffins, crêpes ou pains avant la cuisson. Les fruits secs contiennent plus de fibres que la version fraîche. Par exemple, une tasse de raisins contient 1 gramme de fibres, mais une tasse de raisins secs en contient 7 grammes. Cependant, une tasse de raisins secs ou de tout autre fruit séché contient plus de calories que la variété de fruits frais.
  • Ajoutez des tranches de banane, de pêche ou d'autres fruits à vos céréales.
  • Râper les carottes sur les salades.
  • Conservez des bâtonnets de carottes et de céleri préparés, des rondelles de concombre et d'autres légumes frais pour une collation rapide et riche en fibres.
  • Choisissez une salade d'accompagnement plutôt que des frites au déjeuner.
  • Envisagez des alternatives aux repas de routine pris à l'extérieur. Choisissez des restaurants avec des choix plus sains tels que des plats d'accompagnement de légumes, des pains de grains entiers, des fruits et des salades. La restauration rapide ne doit pas être synonyme de repas riches en graisses et pauvres en fibres.
  • Essayez des recettes qui utilisent plus de légumes et de fruits.

Légumineuses et haricots

  • Ajoutez des haricots rouges, des pois chiches ou d'autres variétés de haricots à vos salades. Chaque portion d'une demi-tasse contient environ 7 à 8 grammes de fibres.
  • Remplacez la viande par des légumineuses deux à trois fois par semaine dans le chili et les soupes.
  • Expérimentez avec des plats internationaux, tels que des plats indiens ou du Moyen-Orient, qui utilisent des grains entiers et des légumineuses dans le cadre du repas principal ou dans les salades.

Céréales et céréales

  • Gardez un pot de son d'avoine ou de germe de blé à portée de main. Saupoudrer sur la salade, la soupe, les céréales du petit-déjeuner et le yogourt.
  • Utilisez de la farine de blé entier lorsque cela est possible dans votre cuisine et vos pâtisseries.
  • Choisissez du pain de grains entiers. Recherchez sur l'étiquette les pains contenant la plus grande quantité de fibres par tranche.
  • Choisissez des céréales contenant au moins 5 grammes de fibres par portion.
  • Conservez des craquelins de blé entier pour une collation facile.
  • Cuisinez avec du riz brun au lieu du riz blanc. Si le changement est difficile à faire, commencez par les mélanger ensemble

Les spécialistes médicaux de l'UCSF Health ont examiné ces informations. Il est uniquement à des fins éducatives et n'est pas destiné à remplacer les conseils de votre médecin ou d'un autre fournisseur de soins de santé. Nous vous encourageons à discuter de toute question ou préoccupation que vous pourriez avoir avec votre fournisseur.


Graisse alimentaire et perte de poids

Les graisses font partie intégrante de notre alimentation. They are a source of energy and they help our bodies produce hormones and better absorb fat-soluble nutrients like vitamins A, D, E and K, as outlined by the American Heart Association.

A gram of fat (regardless of type) has 9 calories. They're more calorically dense than protein (4 calories per gram) and carbs (also 4 calories per gram). This is one of the reasons why we pursued low-fat diets long ago.

But it's important to keep in mind that eating an excess of calories, regardless of the macronutrient source, will lead to weight gain, and be aware that fats are actually beneficial for weight loss. Here's why:

Dietary Fats Slow Down Digestion

Dietary fats naturally slow "gastric emptying," i.e., the time it takes for food to leave your stomach and continue its course through your GI tract, according to the July 2014 issue of Today's Dietitian.

We know that foods that take a while to digest leave us feeling fuller longer. So, adding a little bit of fat to your meal, like olive oil on a salad, or avocado in your smoothie, will help to slow down how quickly you digest your meal.

Furthermore, research shows adding fiber slows down the digestion of fat even further.

Dietary Fats Favorably Affect Hunger Hormones

There's a growing body of research looking at the effect different types of fat have on various hunger hormones and satiety levels.

A March 2019 study published in Appétit found that eating meals higher in polyunsaturated fats (PUFAs) led to a greater decrease in ghrelin (a hormone that triggers hunger) and higher CCK levels (a hormone that suppresses hunger) compared to monounsaturated fat. The diet high in PUFAs also resulted in lower hunger ratings, although there was no difference between the amount of calories consumed and the reported feelings of fullness.


How it’s made: Cholesterol production in your body

Cholesterol has a bad reputation, thanks to its well-known role in promoting heart disease. Excess cholesterol in the bloodstream is a key contributor to artery-clogging plaque, which can accumulate and set the stage for a heart attack. However, the role of cholesterol in your body is not all negative.

To fully explain cholesterol, you need to realize that it's also vital to your health and well-being. Although we measure cholesterol production in the blood, it's found in every cell in the body. The Harvard Special Health Report Managing Your Cholesterol explains cholesterol as a waxy, whitish-yellow fat and a crucial building block in cell membranes. Cholesterol also is needed to make vitamin D, hormones (including testosterone and estrogen), and fat-dissolving bile acids. In fact, cholesterol production is so important that your liver and intestines make about 80% of the cholesterol you need to stay healthy. Only about 20% comes from the foods you eat. (See illustration.)

If you eat only 200 to 300 milligrams (mg) of cholesterol a day (one egg yolk has about 200 mg), your liver will produce an additional 800 milligrams per day from raw materials such as fat, sugars, and proteins.

Since cholesterol is a fat, it can't travel alone in the bloodstream. It would end up as useless globs (imagine bacon fat floating in a pot of water). To get around this problem, the body packages cholesterol and other lipids into minuscule protein-covered particles that mix easily with blood. These tiny particles, called lipoproteins (lipid plus protein), move cholesterol and other fats throughout the body.

Cholesterol and other lipids circulate in the bloodstream in several different forms. Of these, the one that gets the most attention is low-density lipoprotein— better known as LDL, or "bad" cholesterol. But lipoproteins come in a range of shapes and sizes, and each type has its own tasks. They also morph from one form into another. These are the five main types:

  • Chylomicrons are very large particles that mainly carry triglycerides (fatty acids from your food). They are made in the digestive system and so are influenced by what you eat.
  • Very-low-density lipoprotein (VLDL) particles also carry triglycerides to tissues. But they are made by the liver. As the body's cells extract fatty acids from VLDLs, the particles turn into intermediate density lipoproteins, and, with further extraction, into LDL particles.
  • Intermediate-density lipoprotein (IDL) particles form as VLDLs give up their fatty acids. Some are removed rapidly by the liver, and some are changed into low-density lipoproteins.
  • Low-density lipoprotein (LDL) particles are even richer in pure cholesterol, since most of the triglycerides they carried are gone. LDL is known as "bad" cholesterol because it delivers cholesterol to tissues and is strongly associated with the buildup of artery-clogging plaque.
  • High-density lipoprotein (HDL) particles are called "good" cholesterol because some of them remove cholesterol from circulation and from artery walls and return it to the liver for excretion.

How to Get into the Elusive “Fat-Burning Zone”

But what is that, exactly? And more importantly, how do you know if you’re in the sweet spot? Décomposons-le.

Your target heart rate is the number of times your heart should beat per minute to ensure your heart is getting exercise without being overworked. Sticking with that rate also means you’re moving at a pace that’ll promote calorie burning and help you lose weight.

“Fat-burning heart rate” is a bit of a misnomer, though.

Your body will burn fat or carbohydrates for energy during physical activity, depending on how hard you’re working. Exercising at a moderate pace, with your heart rate slightly elevated, burns more calories from fat. Crank it up to a vigorous, heart-pounding pace and your body eventually switches to burning more calories from carbs.

Staying in the fat-burning zone might sound like your best bet if you’re trying to lose weight. But the fact is, it doesn’t matter if the cals you burn through exercise come from fat or carbs. You just need to burn calories, period.

So, what heart rate should you target to ensure you’re working hard enough to reap the benefits of exercise? For weight loss and overall health, you need to exercise at a moderate pace for at least 150 minutes per week or a vigorous pace for at least 75 minutes per week.

  • To exercise at a moderate pace, aim for 50 to 70 percent of your maximum heart rate.
  • To exercise at a vigorous pace, aim for 70 to 85 percent of your maximum heart rate.

Figuring out your target heart rate is easy and takes just a few steps. Grab a calculator and let’s get started.

  1. Determine your maximum heart rate. This is the average max number of times your heart should beat per minute during exercise. Calculate it by subtracting your age from 220. If you’re 30, your max heart rate would be 190 beats per minute (bpm).
  2. Determine your resting heart rate. This is just how many times your heart beats per minute when you’re totally at rest, like when you first wake up. (For most people, it’s between 60 and 100 bpm.) Just take your pulse for a full minute — that’s your resting heart rate.
  3. Determine your heart rate reserve by subtracting your resting heart rate from your maximum heart rate. If your max heart rate is 190 bpm and your resting heart rate is 60, your heart rate reserve is 130.
  4. To find your average target heart rate range for moderate exercise, multiply your heart rate reserve by 0.5 and 0.7 and add your resting heart rate to both numbers. If your heart rate reserve is 130 bpm, your target heart rate for moderate exercise is between 125 and 151.
  5. To find your average target heart rate range for vigorous exercise, multiply your heart rate reserve by 0.7 and 0.85 and add your resting heart rate to both numbers. If your heart rate reserve is 130 bpm, your target heart rate for moderate exercise is between 151 and 170.

To see if you’re within your target heart rate range when you’re working out, take a quick break to check your pulse for 15 seconds and multiply that number by 4. (Stopping for a full minute will slow down your heart, so you won’t get an accurate number.)

If it’s below your desired range, that means you need to bump up the intensity a little bit. If it’s above your desired range, slow down.

Do calculations differ for women and men?

Women’s and men’s hearts respond a little differently to exercise, so there are légèrement different calculations to find the precise target heart rate for women versus men.

But experts say those variations are only really useful for elite athletes who are looking to get super specific. Casual exercisers can stick to using the same basic target heart rate calculation.

Don’t feel like pulling out the calculator — or want to check the math you just did? Here’s a general idea of what your target heart rate should look like for moderate or vigorous exercise, based on your age.

ÂgeFat-burning heart rate (in bpm) for moderate exerciseFat-burning heart rate (in bpm) for vigorous exercise
20100–140140–170
3095–133133–162
3593–129129–157
4090–126 126–153
4588–122122–149
5085–119119–145
5583–115115–140
6080–112112–136
6578–108108–132

If you’re not into crunching numbers, you’ve got other options for figuring out whether you’re moving at the right intensity.

Pay attention to how you feel

Checking in with your body is an easy — but less precise — way to see if you’re on the right track.

If you’re working out at a moderate pace, you should be breathing faster but not be out of breath. You should be able to talk but not sing, and you’ll likely start to sweat after about 10 minutes.

If you’re working out at a vigorous pace, you should be breathing fast and hard and shouldn’t be able to say more than a few words at a time. You’ll also start to sweat within a few minutes.

Use an activity tracker with a heart rate monitor

Watches and heart rate monitors that strap around your chest can both get the job done, so pick what’s most comfortable for you.

But keep in mind: Even though these devices can be high-tech, they’re not always 100 percent accurate. Take their numbers as a ballpark estimate.

Ultimately, exercising at 70 to 85 percent of your target heart rate will help you burn more calories, allowing you to reach your weight loss goal faster. Still, any type of physical activity that raises your heart rate will help you burn calories and lose fat, provided you’re also taking steps to eat healthfully.

Moderate workouts that’ll get you to 50 to 70 percent of your max target heart rate are things like:

  • brisk walking
  • biking at a leisurely pace
  • dansant
  • gardening
  • playing doubles tennis

Vigorous workouts that’ll get you to 70 to 85 percent of your max target heart rate:


Here’s How Fast Food Can Affect Your Body

When 5 p.m. rolls around and you haven’t given a single thought to what’s for dinner, the glowing sign in front of the burger joint down the street might be calling your name.

La Cleveland Clinic est un centre médical universitaire à but non lucratif. La publicité sur notre site aide à soutenir notre mission. Nous n'approuvons pas les produits ou services autres que ceux de Cleveland Clinic. Politique

A quick swing through the drive-thru can seem like a great option, but there’s a definite downside. In order to serve up food so quickly, cheaply and consistently, many fast food restaurants focus on process and efficiency instead of on serving quality, nutritious foods.

An occasional fast food meal isn’t anything to fret about, says dietitian Nancy Geib, RD, LDN. Sometimes, it might be your only option.

“If you do your research and you look for the best options, you can definitely still go to a fast food restaurant if that’s all you have,” she says.

But if burgers, French fries and greasy breakfast sandwiches become centerpieces of your diet, they could take a serious toll on your health. Unhealthy diets increase your chances of developing depression, cancer, type 2 diabetes, heart disease and other chronic conditions.

What is considered fast food?

The history of fast food dates back almost a century, but the concept — and some of America’s most well-known fast food eateries — really took off during the 1940s and 50s. Today, it’s become such a staple of culture that as many as one in three Americans eat fast food every day.

You know fast food when you see it: It’s highly processed, mass-produced food that’s prepared quickly — usually on a grill, in a fryer or in a microwave. Fast food restaurants follow very specific preparation methods to make sure you get the crispy, greasy fries you expect every time.

Why is fast food bad for you?

Different foods can affect everyone in different ways, but here are just some of the things that frequently eating fast food might do to your body:

Raise your blood pressure

Many fast food items are packed with sodium, which acts as a preservative and enhances taste. “Everything that’s processed, packaged or boxed is going to have sodium,” Geib says.

The problem is, high-sodium diets are known to increase blood pressure, which puts stress on your cardiovascular system. Over time, high blood pressure can stiffen or narrow your blood vessels, becoming a major risk factor for heart attack, stroke and heart failure.

Ideally, most adults should try to keep their salt intake under 1,500 milligrams per day, according to the American Heart Association — though its current recommendations allow for up to 2,300 milligrams daily. Because sodium is so prevalent in our diets, it can add up quickly.

For example, one bacon cheeseburger alone can get you pretty close to the daily recommended 1,500 milligrams of sodium. So can a large piece of fried chicken breast with mashed potatoes and gravy. Even seemingly healthier options, like an Italian-style sub sandwich, can contribute more than 1,000 milligrams to your daily intake.

Leave you bloated

Eating meals that are high in sodium, high in fat or heavy with refined carbohydrates (such as bread, buns or breading) can all leave you feeling bloated. And, if you add a soda to your meal, the carbonation could make it worse. Bloating should only be temporary, but it could cramp your style if you’re wearing pants that are tighter in the waist or if you’re trying to get rings on or off your fingers.

Drive up your cholesterol

Food that’s fried in oil is high in fat — and that includes saturated fat. Eating too much saturated fat can drive up your LDL, or “bad,” cholesterol, which puts you at risk for heart disease. The American Heart Association recommends that no more than 6% of your daily calories come from saturated fat. If you eat 2,000 calories a day, that’s about 13 grams, or the amount that’s in one bacon, egg and cheese breakfast sandwich.

Contribute to digestive problems

Bagels, muffins and anything breaded might be delicious, but they’re all processed carbohydrates that lack fiber. Eating adequate amounts of fiber (25 to 35 grams a day) helps keep things moving in your digestive tract. It lowers your risk for diverticulitis and other conditions associated with straining or constipation, such as hemorrhoids and hernias.

Dietary fiber also helps your good gut bacteria flourish and keeps you feeling full. If you rely heavily on fast food, you’ll struggle to get the recommended amount. For example, a coffee-shop blueberry muffin will give you nearly 20% of your daily carbohydrate needs but only a gram or two of fiber.

Lead to weight gain

If you go to the drive-thru and grab a value meal for dinner, chances are you’ll end up eating a bigger portion (and higher-calorie foods) than you would if you were cooking at home. If that becomes a regular thing, all those extra calories can add up to extra pounds. And when those calories are mostly from highly process carbohydrates, you might end up feeling hungry again within a few hours, which can lead to — you guessed it — even more extra calories.

Then there’s the sugar factor. Sugar is a major culprit in the obesity epidemic. It hides in a lot of foods, including drinks and sauces. Guess how much sugar is in your morning café mocha? Upwards of 25 grams. Or in that vanilla milkshake? More than 80 grams, if you make it a large. That’s nearly 20 teaspoons!

Drain your energy

A quick hit of refined carbohydrates and sugar causes a spike in your blood sugar, which prompts your body to produce a surge of insulin to quickly bring it down. This spike-and-crash cycle can leave you feeling tired and cranky.

Meanwhile, a balanced meal with protein, healthy fats and fiber-rich carbohydrates takes longer for your body to digest and absorb. This slows the release of sugar into your bloodstream, so you get sustained energy without a crash.

Affect your mood

When you eat a diet that’s high in saturated fat, sodium, sugar and refined carbs, you’re not only getting too much of those things, but you’re also missing out on a lot of other important nutrients. Fruits and vegetables — beyond the iceberg lettuce and tomato slices that come on fast food sandwiches — are rich with vitamins, minerals and antioxidants that nourish your body and improve your mood.

Eating a lot of processed foods may even increase your risk for depression.

Five of the most unhealthy fast food options

  1. Pizza: The average slice of pepperoni pizza contains about 680 milligrams of sodium, 12 grams of fat (including 5 grams of saturated fat) and 300 calories. But who eats just one slice? Three slices from a large pie provide more than 2,000 mg of sodium — almost the daily limit for average Americans in just one meal.
  2. Burger and fries: A typical double cheeseburger and large fries provides about 1,200 calories and up to 1,700 milligrams of sodium. Make it a combo with a large soda, and you’ll top 1,500 calories.
  3. Cold-cut combo: Lunch meats tend to be loaded with sodium, saturated fat and carcinogenic agents called nitrates and nitrites, which are known to increase the risk of certain cancers. Three ounces of processed deli meat can pack up to 1,300 milligrams of sodium — even before you add cheese, condiments, bread and chips.
  4. Hot dog: A typical frankfurter without condiments contains more than half of your daily recommended saturated fat intake and 33% of your sodium intake. If you usually eat two hot dogs, it would be close to your day’s allotment of saturated fat and sodium.
  5. Fried chicken: Just one fried chicken breast from your favorite chicken place packs 500 or more calories, 34 grams of fat and 1,200-plus milligrams of sodium.

Making healthier fast food choices

It actually is possible to eat fast food without sabotaging your healthy diet, but it requires a little legwork.

Look for meals with lean proteins, veggies and fiber, and avoid anything supersized.

“You can make an informed choice by doing research to find out the nutritional content of a particular fast food item,” Geib says. “All of the major restaurants should have that information online or be able to hand it to you in the restaurant, if you ask.”

La Cleveland Clinic est un centre médical universitaire à but non lucratif. La publicité sur notre site aide à soutenir notre mission. Nous n'approuvons pas les produits ou services autres que ceux de Cleveland Clinic. Politique


Traitement

Most calcified heart valves do not cause significant heart problems and only require regular checkups with your cardiologist. Your physician may prescribe medications to help lower cholesterol or high blood pressure to control the amount of calcification. However, if your calcified heart valve causes a condition known as stenosis -- a narrowing of the valve, which impedes blood flow -- then treatment may be necessary. According to MedlinePlus.com, when stenosis occurs, you may need valve replacement surgery.


Voir la vidéo: Makosso fait de graves révélations sur Apoutchou National (Février 2023).